Aboubacar Sylla (UFC) : l’autre grosse déception !


« Pour le moment,  on discute du principe de la nouvelle Constitution. Je suis à 100% pour une nouvelle Constitution. »Aboubacar Sylla, président de l’UFC, ancien porte-parole de l’opposition républicaine, ancien manifestant constant à travers l’Axe et l’Autoroute est manifestement méconnaissable.

Sa constance saluée, applaudie, soutenue jusqu’à en faire des jaloux s’en est allée. Au même moment que la morale et les convictions connues et reconnues en l’homme. Parmi tous les troubadours et autres transfuges, Aboubacar Sylla se révèle être la plus grosse déception. Pas pour son départ pour la mouvance mais, pour son excès démagogique rendu public au siège du RPG. Ce cadre de renom, ancien ministre, grand tribun est avalé par la marée jaune dont le seul piroguier en chef ne s’est pas encore prononcé sur la destination. Mais, lui Sylla, advienne que pourra, est sans fioritures : « Je me battrai pour que les Guinéens partagent cette opinion en leur donnant toutes les explications nécessaires. Si le professeur Alpha Condé ne soumet pas au peuple  une nouvelle Constitution, le nouveau président en 2020 va prêter sur quelle Constitution ? Il n’y a aucun argumentaire valable pour s’opposer à cela. »

Le comble de la déception et de la bassesse c’est quand Sylla dit vouloir être objectif : « Je me dois d’être objectif et surtout d’informer les uns et les autres. Aucune Constitution au monde n’a vocation à être définitive, permanente, éternelle. Toutes les Constitutions doivent être modifiées ou changées au gré de l’évolution de la situation politique et sociale du pays. »

Nous lui en concédons. Sauf que cette démarche, si elle n’était pas sournoise, elle devrait intervenir juste après l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir. Mais celui-ci est en fin de mandat et voilà on claironne en jouant avec des termes : modification, amendement, changement, nouvelle Constitution. Aucune cohérence qui rassure. Même eux-mêmes les imposteurs qui déclarent que la Constitution actuelle « n’a aucune légitimité, », qu’elle «a été imposée aux peuples de Guinée. »

Une réelle honte de se rendre compte que c’est maintenant que ces imposteurs font savoir que la Constitution qui a élu Alpha Condé est illégale, illégitime et insuffisante.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.