Alpha Condé incohérent sur toute la ligne !


« Allez au débat sans injures, sans violences, programme contre programme, bilan contre bilan. » Pour une invitation responsable, digne d’une présidence de la République, c’en est vraiment une. Elle est signée d’Alpha Condé. Si ce n’était que cette invitation, on aurait applaudit à tout rompre pour le locataire de Sékhoutouréya.

Sauf que, sauf que, il dévie vite, paranoïa et crise de la sénilité aidant, il dégaine et va dans tous les sens. D’incohérence en incohérence, d’injures en injures, de proverbes en proverbes en proverbes jusqu’à appeler à l’affrontement à l’usage de la Loi du Talion. Et bonjour les dégâts : «Si les gens sont prêts pour le débat politique, soyez prêts, si c’est pour l’affrontement, soyez aussi prêts. Voilà. Car quand tu danses avec un aveugle, il faut de temps en temps lui monter dessus pour qu’il sache qu’il n’est pas seul. »

Avant d’ajouter : « En Guinée, c’est très simple. La plupart des opposants ont gouverné. Alors, expliquez aux jeunes quel était leur bilan. Ne vous laissez pas impressionner, ni effrayer. Voilà la bataille. Je suis très calme, c’est pourquoi je laisse les gens s’agiter, mais ils ne trompent personne. La grève des enseignants l’année dernière, il y avait quelque chose derrière. C’était des gens qui pensaient qu’ils peuvent renverser le gouvernement en s’appuyant sur certains militaires. En tête Sano de la PCUD, un petit bandit comme ça-là qui exploite ses travailleurs et qui ne les payent pas. Et qui après, n’a pas honte de m’écrire président pardon aide-moi. Voilà quelqu’un qui se présente comme combattant et qui, dès qu’il y a un petit problème court pour demander pardon. Ils ont pensé qu’ils peuvent compter sur certains militaires pour faire un coup d’Etat. Le chef d’état-major de l’armée de terre, de l’armée de l’air, de la  marine, car l’armée est une armée républicaine qui est derrière le pouvoir. Alors ne vous laissez ni intimider. »

Il jette de la tomate pourrie sur un acteur de la société civile de grande audience puis se cache derrière la Constitution : «Je prends mon manteau de militant, car maintenant, je suis prêt à la bataille contre ces gens qui veulent nous distraire. Nous n’allons plus permettre que des gens prennent le peuple en otage par des mensonges. » Grosse incohérence tout de même. Il se cache au même moment derrière la Constitution : «La Constitution dit qu’on ne doit pas insulter le président. Donc, je préviens quiconque insultera désormais le président subira la rigueur. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.