AlyaDiaby (INIDH) : la honteuse estampille !


Relativement jeune cadre, bien formé dans de grandes Universités japonaises et de Navarre. Mais AlyaDiaby, président de l’INIDH vient de se faire une honteuse estampille, lui, grand juriste et professeur d’Université. Peut-être est-il aveuglé par le poste qu’il occupe. Voici un extrait de sa sortie.

Extrait : « La Constitution n’est pas une tombe où se repose à jamais l’Etat. Ce n’est pas une tente dressée pour le sommeil. Les acteurs politiques doivent comprendre le risque d’une dictature martiale si les civils ne procèdent pas par discernement pour s’entendre sur l’essentiel. Dans ces conditions, le Président de la république devient le Constituant originaire. Il peut proposer un nouveau pacte social qui soit durable. Ceci dit, la Guinée doit éviter la précipitation, l’urgence et les tares consubstantielles à la Constitution de 2010. Le référendum est donc possible.Le débat devrait porter sur les conditions de son organisation, les garanties qu’offre le scrutin, le consensus sur le contenu du projet et les règles du jeu, l’appropriation par le peuple des réformes envisagées, les organes intervenants, la durée du temps constituant etc. Ce qui doit nous guider à cet égard, c’est le conventionnalisme constitutionnel qui repose sur des procédures et des mécanismes inclusifs, consensuels, mesurés et participatifs. »

Sacré Alya !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.