Amadou Diaby-Antonio Souaré : un duo que tout oppose


L’un est plus lucide, mûr et grand magna des jeux de hasard et donc très porté sur les affaires dans leur globalité et au bénéfice des jeunes guinéens, à travers un plein emploi. L’autre, plus jeune, à la formation académique très sommaire s’investit aussi dans le business au niveau du football. Deux affaires men que tout divise pour autant.

Amadou Diaby et Antonio Souaré, respectivement vice-président et président de la FEGUIFOOT ne semblent pourtant plus avoir des atomes crochus, depuis la débâche du Syli face aux Algériens. Si bien des observateurs soupçonnent Diaby de rackets à maints endroits dans la mobilisation du Onze national ainsi que du Staff de Put, Souaré semble avoir été égrugé par sa faute, sa complaisance et pourquoi pas par son incapacité à cerner son entourage dans ses moindres compromissions. Jusque-là, le divorce entre les deux hommes reste contenu. Même si, en dénonçant les dérives du Syli, Antonio a évoqué des rackets mais ceux orchestrés par Paul Put. Or, celui-ci est loin d’être seul, jurent certains proches de la Fédé.

Déjà, pour dissuader le président de la FEGUIFOOT, Amadou Diaby dont un court audio fait actuellement le tour des réseaux sociaux explose pour parer à toute éventualité :« Antonio, Antonio. Antonio est Dieu ? Dis-donc, arrêtez ça vous aussi. C’est quoi ça? Antonio m’a trouvé dans le football. Il a trouvé que je vivais. »

Allez-y savoir pourquoi cet agacement. Et certains parient que ce duo va exploser dans les prochains jours. Et dès que les intérêts des uns et des autres vont être touchés.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.