Du courant aux Guinéens sans Chinois, ni sorcier !


La parade n’aura pas suffi pour sortir du guêpier : le ministre de l’Energie, chez, lui à Kindia a peiné à trouver les maux ou plutôt les mots pour convaincre les siens qui broient du noir dans un îlot de lumières obscures.

Taliby Sylla évoque une histoire de sorcier – même si c’est dans le cousinage à plaisanterie – pour expliquer l’échec du gouvernement à fournir du courant à certaines localités de la Basse-côte : « Ce que je vais vous dire pour le courant électrique, c’est très simple. Si vous n’avez pas vu mais vous avez entendu que les localités comme Linsan, Tabouna, Moriady non loin de Sabouya et beaucoup d’autres villages sont électrifiés aujourd’hui par le président Alpha Condé. A Goléah ici aussi, les experts sont passés il y a de cela deux ans pour faire des études afin que Goléah ait le courant. Il faut dire à N’gan Sirayé et Bassokhona d’accepter, à leur tour, l’électrification de Goléah. »

Le gouvernement a échoué. Il n’avait qu’à donner du courant aux Guinéens sans les Chinois de Kassory encore moins des sorciers de Taliby Sylla. Pourtant, le PM avait lui-même évoqué le départ d’un investisseur chinois pour justifier le noir : « Il y a cinq ans, des Chinois et Coréens qui étaient partis à Kankan, pour l’énergie solaire (…) malheureusement tout était prévu, ils ont même trouvé du terrain qu’ils ont déblayé, le chinois est mort. C’était un investissement privé. Ça tué trois années d’efforts. Sinon Kankan serait dans la lumière aujourd’hui. C’est ça la vérité. Le programme couvrait cinq villes de la haute Guinée. C’est moi qui l’avais négocié. 10 mégawatts à Kankan, 2 mégawatts à Dabola, 3 mégawatts à Faranah etc. Toute la Haute Guinée était couverte. Malheureusement à la dernière seconde, le Chinois est mort. C’était un investissement privé, les partenaires n’ont pas pu continuer ».

C’est désespérant cette histoire de Chinois et de sorciers. Echec patent !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.