Education : Les enseignants contractuels font objet de discordes syndical !


Comme chaque année en Guinée, l’année scolaire rime avec les velléités de conflits syndicaux. Près d’un mois, après la reprise des cours, une nouvelle discorde tourbillonne chez les syndicalistes du secteur l’enseignement. Chaque faction voudrait imposer sa suprématie. Dans la foulée, le SNE de Michel Pépé Balamou a suspendu ses rapports avec le SLECG version Kadiatou Bah. A l’origine de ce divorce, la question des enseignants contractuels d’Etat. Les dessous de cette affaire nous ont été livré ce lundi 4 novembre 2019 par le deuxième homme fort de SNE en service à Kankan, Abou Camara, communément appelé Abou Presse.

Au nom du pluralisme syndical, dans le domaine de l’éducation en Guinée, l’on retrouve aujourd’hui avec 4 grands groupes syndicaux à savoir : les deux versions du SLECG, version Aboucar Soumah et Dame Kadiatou Bah, le FSPE et le SNE.

En début de cette nouvelle année scolaire, La bataille s’annonce rude notamment pour drainer le maximum d’adhérant.

Et avec la présence des milliers de jeunes enseignants contractuels pas engagés à la fonction publique et non affiliés officiellement à une structure syndicale mais soutenus depuis l’an passé par le SNE, la tentation est grande. 

Selon Abou Camara, communément appelé Abou Presse, censeur au lycée Marien N’gouabi de Kankan et 1er secrétaire adjoint du Syndicat National de l’Education (SNE), le divorce entre sa structure et le l’autre faction du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheur de Guinée(SLECG) gérée par Dame Kadiatou Bah, s’explique par l’ambition de cette dernière de leur ravir une franche de ces jeunes enseignants contractuels.

« Elle a essayé de récupérer une partie des contractuels, c’est-à-dire ceux qui sont issus de l’ISSEG, tout en les disant que le SNE qui est entrain de les défendre ne peut pas les assurer une intégration à la fonction publique. Quelle diffamation ! Quand nous l’avons appris, et puisqu’entre nous il n’y avait que de la collaboration, alors on a décidé de suspendre toutes les activités avec elle ». A-t-il dit.

Pour lui cette démarche divisionniste dont dame Kadiatou Bah se serait rendue responsable, explique,  que sa structure est vide d’adhérents.

« Elle n’a pas d’adhérents. Et comme elle n’en a pas, le SNE qui vient de naitre, et qui commencent à avoir beaucoup d’adhérents, elle cherche à le confondre dans sa structure syndicale ». A-t-il précisé.

A noter que le SNE et dame Kadiatou Bah ont l’année dernière conjugué leurs efforts pour riposter contre les revendications d’Aboubacar Soumah, secrétaire général de l’autre faction du SLECG.

CHEICK SEKOU BERTHE, correspondant www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.