Kankan : La prolifération des points de vente de médicaments, une autre réalité à Kankan !


La vente incontrôlée des produis pharmaceutiques à Kankan prend une dimension de plus en plus inquiétante. En effet, pour des intérêts lucratifs, sans en avoir toutes les qualifications, de nombreux citoyens, s’adonnent à ce commerce très lucratif et les lieux de vente prolifèrent dans la commune urbaine de Kankan.

La prolifération des points de vente des produits pharmaceutiques, est un phénomène qui évolue en grande vitesse dans la commune urbaine de Kankan.

Avec un stock de produis, un étal, un kiosque, une boutique ou une maisonnette, tout le monde, autorisé ou pas, pourrait en vendre. Même des personnes illettrées.

Alors que, le principe est clair. Dr YOUSSOUF DIAMA  TOURE, est le chef section pharmacie et logistique de la Direction Préfectorale de la Santé.

« Seul un pharmacien professionnel, qui a étudié les substances médicamenteuses, est habilité, à manipuler les produis. La prolifération des pharmacie à Kankan, est un fait qui déborde en réalité ». A-t-il confié.

Cependant, toujours d’après lui, en dépit des risques, la pauvreté encourage ce phénomène en pleine expansion.

« Le risque est très grand. Les gens qui manipulent ses médicaments sans les connaitre réellement, ne savent pas à quel degré les conserver. Ils ne savent pas si le médicament est périmé ou nom. Ils ne savent rien des mécanismes de soin de ces médicaments dans l’organisme l’essentiel pour eux, c’est de vendre ces médicament pour avoie des sous. Mais il faut voir le côté pauvreté qui pousse beaucoup de citoyens à se diriger vers ces points de vente non-réglementaires ».

Pour tenter d’endiguer le fléau qui existent depuis des décennies à Kankan, le responsable section pharmacie et logistique de la DPS, énonce un recensement des différents points de vente de produits pharmaceutiques et déplore le manque de suivi.

« On est entrain d’enregistrer progressivement tous les points de vente des médicaments. On a commencé, mais il faut reconnaitre que notre éternel problème en Guinée, c’est le suivi. On nous a dit d’attendre d’abord et jusque-là on attend ». A-t-il conclu.

A signaler que sur la centaine de pharmacies existant dans la localité, seulement 9 sont agréées auprès des autorités de tutelle.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com

à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.