Kankan : Un autre incendie ravage une boutique et tout son contenu !


Un tout autre cas d’incendie a eu lieu, dans la nuit de ce jeudi 07 au vendredi 08 mars 2019 au quartier Sogbè toujours dans la commune urbaine de Kankan. Encore une fois, le bilan ne fait état d’aucune perte en vie humaine, mais d’important dégâts matériel ont été enregistrés. Plus de précision dans cet autre reportage signé une fois de plus,  par le duo Fatoumata Sidibé et Moussa Traoré.

Il était presque 24 h, quand la principale victime, vendeur dans une boutique d’alimentation situé au quartier Sogbè à quelques mètres du lycée Marien N’gouabi  a quitté les lieux pour son domicile. Ne se doutant de rien, dans un intervalle de temps,  selon son récit, le feu s’en est  pris à sa boutique. Rencontré sous les décombres il est revenu brièvement sur la tragique circonstance.

 « Hier j’ai quitté ma boutique dans les environs de 24 heures moins. Je me suis endormi, dans les bandes de quatre heures, on m’a réveillé en me disant  que  le feu avait pris ma boutique ainsi que d’autres ».

En terme de bilan,  comme dans le précédent cas, il n’y a eu aucune perte en vie humaine, ni même de blessés grave, mais pratiquement tout le contenu de la boutique ainsi qu’une forte somme d’argent sont partis en fumée.

 « On remercie Dieu, personne n’a eu la mort dans ce sinistre. Moi j’ai été plus affecté par cet incendie. Puisque le feu a tout brûlé chez moi, même la somme d’argent que je possédais en liquide, à savoir 500.000 FG a été consumée par le feu ».

Comme dans le précédent cas, les victimes n’ont pas pu joindre les sapeurs-pompiers, le feu n’a été maitrisé que par le concours du voisinage.

«Ceux qu’on  a envoyé alerter les sapeurs-pompiers, ont été arrêtés par des bandits, qui ont vandalisé leur moto. C’est donc nos voisins qui ont volé à notre secours. Chacun a fait de son mieux mais ce que Dieu a voulu qui s’est produit ».

A noter qu’en deux jours successifs, c’est le deuxième cas d’incendie notifié dans la commune urbaine de Kankan. Et on ne sait  jusque-là rien de précis sur leurs causes.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.  

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.