L’OIF en lieu et place de la CENI : un chaos évité ?


Peut-on être tentés de dire que le chaos est évité, après que l’OIF a dit que la date fixée par la CENI n’est pas tenable ? Cette question taraude la tête de plus d’un Guinéen déjà sevré de démocratie et de libertés individuelles et collectives, suite à l’interdiction quasi-totale de toutes manifestations syndicale et politiques, notamment pour les opposants.

Aujourd’hui, avec le report des élections, on semble croire que désormais elles ne seront plus bâclées et donc exemptes en partie de réclamations ou de fraudes massives.

Après tout, pour l’OIF, « Il ya un  travail technique entrainement important à faire afin que le fichier électoral comme vous le savez qui est quand même l’outil principal du pilotage d’une élection puisse être exalte de tous les reproches qui ont pu être faits. Et ces constats ont été faits sur la base d’un audit auquel l’OIF a participé, c’est cela qui permet à l’OIF aujourd’hui à intervenir sur la question. Et il faut prendre le temps de le faire, il ne faut pas que ce travail là après un audit important, crédible et dont les résultats sont acceptés par l’ensemble des acteurs, que dans la mise en œuvre des recommandations , nous allions trop vite et que nous laissions derrière nous des difficultés qui pourraient nous rattraper. Les performances du logiciel dont je parle nécessitent aussi une mise en œuvre minutieuse pour qu’ils soient installés sur l’ensemble des kits et déployés sur l’ensemble du territoire pour procéder à l’enroulement et procéder à toutes les corrections. C’est un gros travail et nous voulons qu’il soit bien fait pour éviter toute espace de malentendu et de crispation qui viendrait compliquer d’avantage le débat politique.»

Cette sortie de l’OIF réconforte la position de l’opposition. Celle-ci avait crié au forcing et à la compromission entre Kébé et Alpha. Dalein et Cie pourraient bien respirer sans jamais s’écarter de l’essentiel : faire enrôler les électeurs et surveiller tout le processus. A défaut, le chaos n’est pas loin.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.