Quand Alpha Condé se dit «garant des libertés publiques et des droits fondamentaux»


Il est le premier à malmener la Constitution, à lutter contre toutes libertés fondamentales, syndicales, politiques, etc.  Avec Alpha Condé, il aura fallu liquider le substrat même de la Constitution –  respecter et faire respecter les lois de la République – avec morts d’hommes pour se rappeler qu’il est le « garant des libertés publiques et des droits fondamentaux des citoyens ».

C’est maintenant qu’il a compris que :« J’ai l’obligation d’écouter chacun et tous afin de permettre que toutes les idées et toutes les opinions s’expriment en toute liberté mais avec responsabilité. » En se posant ainsi comme le plus grand respectueux des libertés, près de dix ans après, Alpha Condé s’engage : « Je ne faillirai pas à ma charge et ferai face aux attentes légitimes de nos concitoyens. J’invite chacun à quelque niveau qu’il soit à exercer ses droits dans le respect de ceux des autres. »

Pour y arriver : « Nous devons nous unir face à notre avenir commun et nous engager tous pour la paix sociale et l’unité de la nation. Je sais que la fonction de Président de la République impose des sacrifices pour la Patrie. J’en suis conscient et je reste résolument engagé à remplir toutes mes obligations en comptant sur votre soutien et votre confiance. »

Une réelle diversion.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.