TPI/Kankan : Accusée de meurtre, elle est finalement acquittée après 6 mois de détention !


 Aissatou Koulibaly c’est le nom de la demoiselle qui a été placée en détention pour avoir dit-on, tué un homme qui tentait de la violer. Et ben après les différentes confrontations, le tribunal de première instance de Kankan a rendu sa décision finale ce lundi 1er avril 2019. L’accusée a été reconnue non coupable des faits qui lui étaient reprochés. Cette décision intervient alors que l’accusée a purgé 6 mois de prison à la maison centrale de Kankan.

Selon son dossier d’accusation, la nuit du mercredi 2 Mai 2018, dans la sous-préfecture de Naidèkôrô, préfecture de Mandiana, la jeune fille Aissatou Koulibaly qui frise la vingtaine, a poignardé son bourreau Sayon Koulibaly, qui tentait d’abuser d’elle sexuellement, à l’aide d’un couteau qu’il détenait.

Pendant son jugement, le parquet avait sollicité à la cour une condamnation de 10 ans de réclusion criminelle. Mais enfin de compte, l’accusée a été acquittée.

« Nous avons constaté que le couteau qui a occasionné le décès de Sayon Koulibaly ( la victime), était utilisé pour menacer Aissatou Koulibaly. Donc c’est en se défendant au risque d’être violé qu’elle a poussé Sayon Koulibaly avec ledit couteau qui a conduit à la mort de ce dernier. Cet acte constituait pour Aissatou Koulibaly, de la légitime défense et en conséquence le tribunal lui décharge des faits pour cause de légitime défense et l’a renvoi pour fin de poursuite tout en ordonnant sa libération immédiate ». Ainsi s’est prononcé, le président Kpoulomou Gbamon.

Après lecture de la sentence, Me Ibrahima Kalil Kanté, avocat de la défense, a manifesté sa satisfaction : « Le tribunal a compris que toutes mes plaidoiries allaient au droit, ma cliente était en légitime défense, un homme est mort d’accord, mais comment cet homme est mort ? C’est ce que le tribunal a fait ressortir, la légitime défense. Donc elle est irresponsable de la mort de cet homme. C’est une fierté pour moi. Je ne suis pas content parce qu’elle est libre, mais parce que le droit a été dit ».

Interjeter appel, c’est ce que compte faire,  le parquet pour contester cette décision. « Nous allons immédiatement faire appel, nous avons requis 10 ans de réclusion criminelle, le tribunal a prononcé la relaxe, nous ne savons pas compris pourquoi ? Nous ne comprenons pas qu’un individu qui a donné la mort soit relaxé. De toutes les façons le tribunal est souverain, mais nous estimons que le droit n’a pas été dit et nous comptons faire valoir notre droit de recours ». A-promis Aly Touré, procureur de la République près le Tribunal de Première instance de Kankan.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.