Grève des transporteurs aux hydrocarbures : les quatre revendications des grévistes

Depuis mercredi, 13 septembre les conducteurs de citernes de Total et Vivo sont en débrayage. Ils réclament une amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

« Il fut un moment, ceux de Vivo avaient débarqué les assistants, c’est-à-dire les apprentis des chauffeurs. Maintenant, ceux de Total ont voulu faire la même chose, c’est-à-dire débarquer les apprentis et même arracher les fauteuils où ils doivent s’asseoir. C’est donc pour une question de solidarité nous avons décidé de protester » explique un des grévistes sous le couvert de l’anonymat. Selon lui, les revendications sont au nombre de quatre : « Nos réclamations sont au nombre de quatre : le départ d’une femme de nom de Elga, le rétablissement des assistants de camions et à Vivo et à Total, l’amélioration de nos conditions de vie, c’est-à-dire les salaires et les frais de mission et puis entre Dabola et Kouroussa les chauffeurs de Total roulent 40 kilomètres à l’heure, ils demandent qu’on amène à 50 parce qu’eux ils roulent à ce rythme en dehors de Conakry. Les négociations ont commencé mais presque rien de l’essentiel n’est obtenu d’abord. Ils ont accepté de rétablir les assistants et les 50 kilomètres à l’heure, mais nous leur avons dit de mettre sur papier et signer car ils ont l’habitude de nous couillonner ainsi, c’est à dire sans papier » a ajouté la source.

A noter que les effets de cette grève des conducteurs des citernes commencent déjà à se faire ressentir dans certaines stations services de la capitale où le carburant commence à être rare.

Oumar Rafiou DIALLO, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.