Une altercation a éclaté en début de semaine entre un conducteur de taxi-moto et son client sur la route Labé Tangaly. Après que cette altercation ait eu lieu, le jeune moto taxi, Thierno Cherif a été interpellé par la gendarmerie de Tangaly, qui a, à son tour accusé les agents de l’avoir arnaqué. 

Selon Thierno Cherif DIALLO  : « Tout a commencé sur la route lorsqu’on partait sur Tangaly. En cour de route, je lui ai demandé de prendre une position normale pour ne pas que nous tombions sur la moto. Mais je ne savais pas qu’il était ivre. Depuis, il n’arrêtait pas de m’insulter et arrivée dans le district de lagordé dans la sous-préfecture de Dionfo, il m’a sommé d’arrêter la moto et il va descendre. Je lui ai demandé pardon pour ce petit malentendu entre temps les citoyens  de cette localité sont sortis pour savoir ce qui s’est passé parce qu’il il faisait nuit. il a emprunté  un autre moto  taxi pour le déposer mais il avait appelé la gendarmerie leur demandant de s’occuper de mon cas. »

Et d’ajouter :« Arrivée à Tangaly, les gendarmes étaient déjà au bord de la route, ils m’ont fait tomber sur la moto et m’ont fait rentrer dans leurs locaux. Mon client est venu les expliquer tout seul dans le bureau du commandant en suite, il m’a dit de rentrer, mais dès que j’ai commencé à expliquer, il m’a dit de la boucler et il a appelé ses agents et ces derniers ont pris tout ce que j’avais. Argent, téléphone et même les clés de ma moto le commandant a dit que si  je veux être libre il faut que paye 70.000 fg et 40.000 pour le transport du plaignant j’ai obtempéré et ils m’ont libéré.»

Joint au téléphone Ousmane Aissatou CAMARA, le sous-préfet de Tangaly donne une autre version de faits: « il y avait un gendarme à côté, c’est lui qui s’est interposé entre les deux, après leurs explications à la gendarmerie le commandant a dit au taxi motard de rembourser l’argent de son client, c’est ce qui m’a été dit par le commandant.»

De son côté, le syndicat des taxi-motos de Labé a convoqué une rencontre à ce sujet avant de prendre un quelconque décision.

Sally Bilaly Sow, correspondant kabanews à Labé 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.