TPI de Kankan : Les accusés de viol collectif, condamnés à 10 ans de prison !

Ça y est ! Le tribunal de première instance de Kankan a donné son verdict, sur le dossier du viol collectif sur mineure. 10 ans de réclusion criminelle, assorti de 5 ans de sureté, c’est la sentence prononcée ce lundi 18 mars 2019, par le tribunal à l’encontre du sergent Sékou Traoré et ses co-accusés Daye Chérif, et Mamadi Kanté. Au sortir, le parquet et la défense ont décidé d’interjeter l’appel.

Après 72 heures de procès, marquées par des débats contradictoires entre les différents jurés, le tribunal de première instance de Kankan, a reconnu le sergent Sékou Traoré et ses acolytes, Daye Chérif, et Mamadi Kanté, coupables des faits qui les étaient reprochés.

Par conséquent, conformément à l’article 268 du code pénal, ils ont été condamnés chacun,  à 10 ans de réclusion criminelle pour une période de sureté de 5 ans.

Après lecture de cette sentence, l’avocat de la défense Me Ibrahima Kalil Kanté, pas satisfait, n’a pas caché son intention d’interjeter appel.

« La loi nous autorise de faire appel si le verdict ne nous convient pas. Ils ont condamné mes clients à 10 ans, moi j’estime que cela est  trop. Alors j’ai choisi d’aller au second ressort pour contester cette décision afin que mes clients recouvrent leur liberté ».  

Dans cette même lancée, le procureur de la république près le tribunal de première instance de Kankan, Aly Touré, s’est dit aussi pas d’accord avec cette décision. Il entend à son tour faire appel.  

« Le parquet n’est pas satisfait. Nous avons requis vingt ans, le tribunal s’est prononcé en faveur de 10 ans. Ce n’est pas du tout à notre satisfaction. Trois gaillards qui violent une fillette collectivement et qui s’en tirent avec dix ans, ce n’est vraiment pas satisfaisant. Le tribunal étant indépendant, nous allons user de nos voix de recours, pour que le dossier aille en appel et que l’affaire soit rejugée ».

A noter que depuis le début des audiences criminelles au TPI de Kankan, c’est la toute première fois que le parquet décide de faire appel d’une décision. Ce dossier semble donc loin de toucher à sa fin.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.