3è mandat : fâcheries destructrices entre Alpha Condé et l’Ambassadeur français Cochery

Il s’en va dans les jours à venir, après avoir trompé l’opposition républicaine et supporté ouvertement Alpha Condé dans ses manœuvres liées au dialogue politique inter guinéen. L’ambassadeur de France en Guinée, Bertrand Cochery ne semble plus être en odeur de sainteté avec son ancien allié Alpha Condé dont l’appétit pour une modification constitutionnelle le guette avec autant de rage.

Du moins, c’est ce qu’il a fait savoir au cours de sa dernière conférence de presse. « Le peuple le décidera », dira Condé en substance. Le diplomate français est tombé des nues et s’est vu roulé dans la farine par un homme qui se disait jusque-là le chantre du changement. La France a pris note de cette volonté de 3è mandat. Un rapport aurait été déposé au Quai d’Orsay et bien ailleurs dans les milieux diplomatiques et d’aides au développement. Partout, Alpha est fiché. D’où la grosse colère de Conakry déjà dans le viseur des Américains.

En effet, le nouveau diplomate américain – Laskaris, l’ami est rentré – est resté formel : « Nous avons toujours porté un regard négatif vis-à-vis des leaders qui ont changé leurs constitutions. Mais il y a eu des présidents qui ont modifié la constitution avec l’appui des populations, du coup il y a eu des problèmes dans nos relations bilatérales. Par contre il y a eu des pays où les populations n’ont pas accepté la modification. »

Pour le diplomate américain, la constitution est bien claire. Partant, « On ne peut pas changer les détails de la constitution sans changer complètement la constitution. Evidemment c’est pour le peuple, c’est ce qu’on dit dans les autres pays. » Il ne comprend pas le choix de Condé : « Alors le président guinéen n’a fait que 4 mois seulement de son second mandat, il a plus de 4 ans et demi devant lui. Donc c’est un peu trop tôt de parler de changement de constitution parce qu’il vient juste de commencer avec son second mandat. »

De quoi pousser une colère noire, car l’ambition de Condé risque d’être étouffée dans l’œuf.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.