500 millions GNF du CFO : entre confusion, frustration et aigreur

La pilule est bien difficile à avaler. L’octroi du budget au Chef de file de l’opposition (CFO) est encore source de discussion entre acteurs politiques, de frustration de certains alliés à Dalein Diallo mais surtout d’aigreur de ceux qui n’ont pas réussi à tirer les marrons du feu. Loin de cette foire d’empoigne, Alpha Condé, lui entretient une certaine confusion, après avoir poussé son opposant principal à l’erreur : le raccourci pris pour rentrer en possession du magot. Presque en catimini.

Alors que les langues n’ont pas encore fini de se délier, les confrères d’Africa Guinée rapportent une déclaration de Sydia Touré, à propos justement de cette manne qui fait tant jaser. Pour le leader de l’UFR, citant Alpha Condé, « Il ne s’agit pas du budget pour le chef de file de l’opposition, mais du budget de l’opposition républicaine. Ce budget est destiné au fonctionnement de l’ensemble de l’opposition pour constituer un cabinet et faciliter la participation de l’opposition au débat démocratique du pays. Il n’a jamais été question de donner ce budget à un seul parti politique. »

On comprend par-là que c’est bien le président de la République qui entretient la confusion et alimente la frustration au sein de l’opposition républicaine de plus en plus inexistante à cause justement de cet argent que Dalein ne voudrait pas vraiment partager, aux dires de certains frustrés. Cette situation profite largement à Alpha Condé dont la seule hantise est de désintégrer le socle de l’opposition et du coup, éviter tous mouvements de rue qui pourraient dissuader d’éventuels investisseurs.

C’est ainsi que dans les stratagèmes, il a facilité l’octroi des 500 millions GNF, sachant d’avance que les loups vont certainement se manger entre eux. Certains vont réclamer des primes, d’autres des réparations et d’autres encore autres montants. Mais Dalein est rentré de sa mission, sans piper mot, alors que Telliano et Cie l’attendaient de pieds  fermes sur la question. Même le porte-parole de l’opposition a fini par saliver, à l’annonce du magot.

Avec la sortie de Sydia Touré, la donne change. Et c’est à demander si la confusion voulue par Alpha Condé et corsée par l’UFR ne laisse pas un précédent dangereux. Pourvu que, le locataire de Sékhoutouréya, lui, ait la paix pour mieux « faire changer le changement qui refuse, jusque-là, de changer. » Les jours et mois à venir, le choc risque d’être préjudiciable. Et Alpha Condé en sera victorieux du manège.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.