MENACE DE GREVE : Les greffiers veulent passer à l’acte

Ayant l’impression que le cri de cœur qu’ils ont émis via le préavis de grève en date du 7 avril 2016 est tombé dans de sourdes oreilles, les greffiers de Guinée veulent passer à l’acte pour contraindre les autorités en général et le chef de l’Etat en particulier, à donner du crédit à leur revendication. C’est ainsi que depuis le lundi 25 avril 2016, court un avis de grève générale et illimitée qui devrait être déclenchée dès le 9 mai prochain. Et selon l’Association des greffiers de Guinée (AGG), signataire de cet avis de grève, seule l’application du statut particulier révisé de la corporation devrait empêcher le débrayage qui paralyserait l’ensemble de l’administration judiciaire.
Car le mot d’ordre de grève intéresse tout à la fois les greffiers en chef, les greffiers et les secrétaires de greffe et de parquet. En ce qui concerne les motifs de la colère qui sous-tend l’avis de grève, les greffiers se plaignent de leurs conditions de vie et de travail. Mais comme on le disait plus haut, la cible principale des potentiels grévistes, c’est bien le président de la République. C’est ce dernier qui se refuserait à signer le décret relatif à l’application du statut particulier révisé.
A propos, dans l’avis de grève qu’ils ont publié le 25 avril, les greffiers se justifient ainsi qu’il suit :
« En dépit des efforts de l’AGG auprès des autorités pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des greffiers de Guinée, de la bonne foi et de l’implication personnelle du ministre d’Etat, ministre de la justice garde des sceaux, le statut particulier corrigé et actualisé des greffiers en chef, des greffiers et des secrétaires de greffe et de parquet, tarde toujours à être signé. Ce qui maintient les greffiers dans une situation de précarité de vie et de travail sans commune mesure »
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.