85 millions de dollars pour relancer le train de la banlieue

Ceux qui s’attendent à la relance imminente du train de la banlieue seront déçus davantage : Conakry-Express exige à ce que l’Etat injecte quelque 85 millions de dollars. Ce montant est avancé par le ministre, champion des annonces (Oyé Guilavogui). L’Etat déjà en difficulté veut tout bonnement laisser la situation pourrir. Au grand dam des usagers aujourd’hui impitoyablement exténuées par les bouchons interminables et la chaleur étouffante.

En circulation depuis 2011, le train Conakry-Express soulage bien des Guinéens. Hérité de la transition, à travers Maturin Bangoura, alors ministre des transports, ce train dont un capital est détenu par la partie chinoise, l’autre par la Guinée, est en cessation de paiement. Les pièces, le traitement des travailleurs et autres deviennent intenables. D’où l’arrêt enregistré depuis des semaines.

Cet arrêt rappelle les autres structures dont l’Etat est impliqué : Soguitrans entre autres. Conséquence : des citoyens de Conakry habitués au train arpentent les rails, empruntent les taxis et autres moyens de déplacement. Ils qualifient tous l’Etat d’irresponsable, en premier lieu, le ministre Oyé Guilavogui dont les annonces de relance de la Sotelgui résonnent encore dans les oreilles. 85 millions de dollars pour relancer le train de la banlieue ? Autant s’accommoder aux batailles quotidiennes pour se faire une place dans un taxi, sur une moto ou tous autres moyens de déplacement.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.