L’imam de la grande mosquée recadre Alpha : ‘’Il y a des fonctionnaires correctes qui font bien leur travail’’

En marge de la cérémonie officielle de remise du rapport de la commission provisoire sur la réconciliation nationale, l’imam de la grande mosquée Fayçal, a tenté de recadrer le président Alpha Condé qui a qualifié la Guinée d’un ‘’pays des rumeurs’’ avec, dit-il, ‘’des spécialistes dans la fabrication des histoires fallacieuses’’.

Pour El hadj Mamadou Salifou Camara, il y a bien des patriotes dans ce pays, mais qui n’ont pas la force de prouver leur patriotisme. En plus, ajoute le Chef religieux, ‘’il y a des fonctionnaires correctes qui font bien leur travail…’’.

Voici un extrait du discours du premier imam de la grande mosquée Fayçal de Conakry au cours de cette cérémonie solennelle :

« De 1958 à nos jours, même s’il y a eu assez d’exactions ou de problèmes, mais il faut reconnaitre qu’il y a des avancées aussi en termes d’acquis. Il ne faut pas occulter la difficulté de diriger un pays. Il faut donc reconnaître que l’on ne peut pas faire que du bien ou du mal quand on est au sommet d’un Etat. Le président de la république n’a pas manqué de dire ici que la Guinée est un pays de rumeurs avec des spécialistes dans la fabrication des histoires fallacieuses. Ce concept me fend le cœur, puis que ce n’est pas tous les guinéens qui sont dans cette catégorie de menteurs. Il faut aussi reconnaître qu’il y a aussi des patriotes dans ce pays, mais qui n’ont pas la force de prouver leur patriotisme (…). Il y a des fonctionnaires correctes qui font bien leur travail. Mais quand vous allez au fond des choses ceux qui ne sont pas droits empêchent les honnêtes hommes de faire un bon travail (…). C’est ce qui pèse sur la Guinée. Il faut que les guinéens s’entendent pour espérer un développement harmonieux du pays, il faut que les gens se réconcilient, c’est indéniable. Le chef de l’Etat a dit qu’on ne peut pas oublier, mais qu’on peut pardonner. Donc il faut que l’on se pardonne ! » conseille le Chef religieux.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.