90 milliards GNF pour la CENI : Condé lâche-t-il du lest ou distrait les opposants ?

Tibou Kamara est opposé au sentiment de pression des opposants afin que le pouvoir ne cède. Il l’a fait savoir mardi matin. Cela suite aux 90 milliards GNF mis à la disposition de la CENI dans le cadre de l’organisation des élections locales.

Pour rappel, « Le gouvernement affirme que la totalité du budget pour les élections communales est disponible.  Pour cela, il a été demandé à la commission nationale électorale indépendante, dans le respect de son indépendance et de son autonomie financière, d’élaborer un plan de décaissement et de garantir la mise à disposition des justificatifs liés à l’utilisation des ressources. »

Dans un communiqué de la Présidence de la République rendu public lundi soir par les médias d’Etat, « Sur les 350 milliards demandés par la CENI, sur instruction expresse de Monsieur le Président de la République, 90 milliards GNF entièrement supportés par le budget national sont déjà   disponibles pour faire face aux payements en instance et au lancement effectif du chronogramme. » Le gouvernement veut tout de même avoir un droit de regard sur l’utilisation des fonds disponibles.

Le communiqué rapporte que : « Conformément au principe de régularité et de transparence des dépenses publiques, les payements seront effectués en fonction du plan de décaissement élaboré par la CENI et à la présentation des pièces justificatives des dépenses déjà réalisées. Toutes les dispositions sont déjà prises par le ministère du budget à cet effet. » Selon le même communiqué, l’organisation des élections communales qui constitue aujourd’hui une priorité absolue pour le gouvernement et pour toute la nation entière est une préoccupation majeure pour le Chef de l’Etat. Pour y parvenir, Alpha Condé « appelle les uns et les autres à privilégier le dialogue pour résoudre tous les problèmes et à s’abstenir de tout acte ou comportement qui pourrait affecter la paix dans le pays et le climat de confiance entre les acteurs du processus électoral et démocratique dans notre pays. »

Ce communiqué intervient à l’avant-veille d’une manif que veut organiser les opposants. Cet acte du président Condé pourra-t-il désamorcer la crise ? On croise le doigt.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.