À Hong Kong, la mobilisation des manifestants prodémocratie reste intacte

Des militants prodémocratie ont commencé une marche non autorisée à Hong Kong, samedi. Dans la matinée, des centaines de familles s’étaient rassemblées « pour l’avenir de leurs enfants » en soutien au mouvement de protestation, débuté il y a deux mois. PUBLICITÉ

Au lendemain du début d’un sit-in de milliers de personnes à l’aéroport de Hong Kong pour sensibiliser les visiteurs étrangers à leurs revendications, les militants prodémocratie maintiennent la pression, samedi 10 août, avec une marche non autorisée.

Des centaines de manifestants se sont rassemblés, samedi après-midi, dans le quartier de Tai Po, dans le secteur des Nouveaux Territoires (au nord de Hong Kong). Nombre d’entre eux tout vêtus de noir, en signe de reconnaissance, casqués, portant des masques ou des masques à gaz, appelaient à « sauver Hong Kong de la tyrannie » devant un commissariat protégé par des policiers portant des équipements anti-émeutes.

Un policier a brandi une pancarte bleue sur laquelle on pouvait lire : « Ce rassemblement ou ce défilé enfreint la loi. Dispersez-vous ou nous risquons d’utiliser la force ».

« Les manifestations ont été initiées par (Carrie) Lam », cheffe de l’exécutif de Hong Kong, déclare à l’AFP une femme qui ne livre que son prénom Lo, « à chaque fois qu’elle s’exprime c’est pour condamner (les manifestations) mais elle ne propose aucune solution ».

« Si le système politique de Hong Kong régresse et devient comme celui qui règne sur le continent (chinois), même sans manifestation et chaos, les gens ne seront pas davantage incités à y investir ou y faire des affaires », ajoute Chan, un étudiant qui, lui aussi, préfère n’être identifié que par son prénom.

Un abécédaire du mouvement de protestation pour les enfants

Samedi matin, des centaines de familles sont descendues dans les rues de l’ex-colonie britannique pour manifester leur soutien au mouvement prodémocratie.

L’ambiance bon enfant de ce rassemblement contrastait avec les affrontements de plus en plus violents qui ont marqué les récentes manifestations prodémocratie à Hong Kong.

Sur un petit dépliant multicolore distribué dans les rangs des familles qui manifestaient, un abécédaire expliquait le mouvement de protestation de manière ludique aux enfants : A pour « Angry » (colère), D comme « demonstration » (manifestation) ou encore P comme « protestation » (contestation).

Faye Lai, employée dans un théâtre, avec sa nièce de trois ans en poussette, déclarait manifester dans l’espoir que ce rassemblement aide les plus jeunes à comprendre la crise qui secoue Hong Kong.

« Nous devons expliquer aux enfants la situation dans laquelle se trouve actuellement Hong Kong et leur apprendre à quoi ressemble une bonne société », soulignait-elle. « L’avenir appartient aux enfants. L’avenir de Hong Kong leur appartient. Nous luttons pour les droits dont les enfants devraient jouir ».

« C’est à la prochaine génération de comprendre l’importance d’un avenir »

Née du rejet d’un projet de loi controversé de l’exécutif hongkongais pro-Pékin qui voulait autoriser les extraditions vers la Chine, la mobilisation a depuis considérablement élargi ses revendications, avec en ligne de mire le pouvoir central chinois.

Cette mobilisation de familles qui se veut un rassemblement pour « l’avenir de nos enfants », a été autorisé par les autorités contrairement à plusieurs autres prévues par les protestataires qui prévoient d’intensifier leurs manifestations au cours du week-end, y compris la poursuite d’un sit-in de trois jours à l’aéroport international rassemblant des milliers de personnes.

« À ce stade, nous nous devons de participer à tous les événements, surtout ceux qui ont à cœur les générations futures, pas seulement les manifestations et les marches », a estimé Roger Cheng, un employé de bureau âgé de 50 ans. « Comme aujourd’hui, c’est à la prochaine génération de comprendre l’importance d’un avenir ».

Des personnes âgées ont aussi organisé, samedi, un rassemblement, baptisé « cheveux d’argent », et délivré des pétitions au quartier général de la police et au bureau de la cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, pour marquer leur soutien au mouvement.

France24.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.