A peine nommé ministre de la Sécurité, Keira menace…

Son retour aux affaires, a surpris plus d’un guinéen, après un souvenir amer de son passage dans le gouvernement de Lansana Conté, en qualité de ministre de la Fonction publique, puis ministre des Transports, un poste qu’il avait d’ailleurs refusé de céder à son successeur, après son limogeage.

Alpha Ibrahima Keira, candidat malheureux de la présidentielle de 2010, avait apporté son soutien à Alpha Condé au second tour de la présidentielle. Mais depuis 8 ans, il s’était contenté d’un poste honorifique de ministre conseiller à la présidence de la République.

Mais son omniprésence au siège du RPG-Arc-en-ciel, à l’occasion des assemblées générales hebdomadaires, lui a valu d’être finalement récompensé, à deux ans de la fin du deuxième quinquennat d’Alpha Condé.

Samedi dernier, il a été nommé au poste du ministre de la Sécurité en remplacement d’Abdoul Kabélé Camara, remercié.

A peine nommé à ce poste stratégique, les vieux démons reviennent chez l’homme. Celui qui avait menacé de licencier ‘’tout fonctionnaire’’ qui suivra la grève de l’inter centrale syndicale, en 2006, alors ministre de la Fonction publique, reprend les menaces avant même de prendre fonction. Keira s’en prend tout d’abord aux opposants du régime :

« Ceux qui s’agitent, nous leur demandons d’attendre leur tour. Quand ils seront au pouvoir, s’ils veulent, qu’ils fassent venir des Chinois ou des Polonais en Guinée. En attendant, le président Alpha Condé a nommé en tenant compte des règles de fonctionnement de l’administration. », a déclaré récemment le nouveau de la Sécurité, Alpha Ibrahima Keira, qui a été installé ce mercredi.

S’agissant des étrangers qui vivent dans le pays, Keira ne sera pas complaisant : « Nous ferons en sorte que les étrangers soient dans la situation régulière en Guinée. Qu’ils se soumettent aux conditions de résidence légalement établies par la république. Il faudrait qu’on sache qui est qui et où ils sont ».

Mais ce n’est pas tout ! Le nouveau ministre de la Sécurité va réagir désormais au rapatriement abusif des guinéens en situation irrégulière à l’étranger

« Pour ceux qui malmènent des Guinéens, alors nous aussi,  nous allons les (les ressortissants de ces pays, ndlr) traiter conséquemment, de manière appropriée. Ça au moins c’est clair ! Quand vous rapatriez nos gens, nous aussi on rapatrie les vôtres. Ce sont des mesures comme ça qu’il faudra prendre pour qu’on se fasse respecter et que les autres aussi comprennent que nous sommes un pays souverain  depuis 1958. », a-t-il avertit.

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.