ACCALMIE POLITIQUE : un grain de sable…

 Depuis qu’il a rencontré, le 1er septembre 2016, Alpha Condé a jusqu’ici plutôt réussi son coup. Cellou Dalein Diallo, rassuré par les engagements théoriques du président, a rentré ses griffes et les principaux opposants ont suivi la dynamique. Depuis donc, Alpha Condé est tranquille. Mieux, il a même dû savourer sa victoire quand Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré se sont mis à s’attaquer l’un contre l’autre, par médias interposés.
Toutefois, cette dynamique de détente semble à bout de souffle. Et paradoxalement, Alpha Condé pourrait être à la base de la reprise des hostilités, avec l’interpellation brève de jeunes de la Casse de Madina auxquels les autorités reprocheraient d’avoir invité l’épouse du chef de file de l’opposition.
Cette bourde, s’il en est une, pourrait être la goutte qui fera déborder le vase. En effet, le leader de l’UFDG, visiblement en proie au doute depuis un certain temps, s’en sert pour dénoncer le pouvoir. Ainsi, à l’occasion de l’Assemblée générale de son parti de ce samedi, il a plutôt repris ses habits d’opposant : « Chacun a eu le temps d’observer  et de se rendre compte que ce pouvoir ne peut pas nous mener là où les Guinéens veulent aller. Une société juste, au sein de laquelle le droit des citoyens, leur dignité sont respectés, leur sécurité assurée, leur égalité devant la loi est garantie. Voilà une société à laquelle nous rêvons. Nous constatons que les pratiques actuelles qui sont menées par le pouvoir ne vont pas dans cette direction. La meilleure illustration c’est l’emprisonnement arbitraire des citoyens qui n’ont fait qu’exprimer leur souhait d’adhérer à l’UFDG. Ils ont été arrêtés, emprisonnés pour avoir exprimé un droit reconnu par la Constitution et les lois de la République ».
On le voit clairement, Cellou Dalein dont l’attitude empreinte d’une certaine naïveté n’avait pas fait l’unanimité dans son propre camp, essaie de revenir tout en sauvant la face. Se donnant le beau rôle, il impute au pouvoir l’éventuelle rupture de la trêve. Mais il se trouve que l’interpellation des jeunes de la Casse n’est ni la seule, ni la première entorse des autorités au mécanisme de la trêve. Bien avant, on a tout le temps qui s’est écoulé depuis les engagements du président de la République. Engagements ne se concrétisent toujours pas. On pense en particulier à celui relatif à l’installation du chef de file de l’opposition dans ses fonctions, avec tous les avantages et privilèges qui s’y attachent.
Cellou Dalein Diallo semble avoir fini par réaliser la duperie. Et a attendu d’avoir le prétexte idéal pour, lui-même, enclencher le processus de remise en cause de la décrispation.
Anna Diakité, www.kababachir.com 
  1. […] idéal pour, lui-même, enclencher le processus de remise en cause de la décrispation. source:kababachir.com window._taboola = window._taboola || []; _taboola.push({mode:'ci-dessous l'article', […]

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.