Destabilisation du régime d’Alpha Condé portées contre le Général Konaté: Qu’en est-il exactement?

Depuis son départ des USA d’il y a un peu plus d’un mois, l’ancien Président de la Transition Guinéenne, le Général Sékouba Konaté, séjourne au Maroc où il poursuit son traitement.

Soudain, le magazine « Jeune Afrique » , manipulé par les plus hautes autorités guinéennes, publie dans sa dernière livraison un article indiquant que le Général Sékouba Konaté serait dans le collimateur des autorités du Maroc et également interdit de rentrer dans son propre pays, la Guinée, au motif que celui-ci brandirait des menaces de déstabilisation contre le régime d’Alpha Condé.

Qu’en est-il exactement?

Nos sources proches du Palais Présidentiel révèlent:《La Coordination Mandingue a récemment exercé une certaine pression sur le Général Sékouba Konaté, afin qu’il accepte de revenir à de meilleurs sentiments envers le Président Alpha Condé. En fait, après l’échec des manœuvres du pouvoir de Conakry auprès des autorités américaines pour tenter de corser le dossier judiciaire auquel le Général Sékouba Konaté y était confronté, Alpha craignait une réplique farouche de ce celui-ci.

C’est ainsi que Monsieur Alpha Condé a sollicité et obtenu la médiation des sages du Manding. Mais, les propos tenus par le Général Sékouba Konaté à la faveur de cette récente médiation n’ont pas rassuré Alpha Condé. Il a été rapporté à Monsieur Alpha Condé que le Général Sékouba avait clairement dit aux émissaires du Manding que ces derniers qui mènent la médiation connaissent très mal Alpha Condé qui, selon les propos prêtés à Konaté, excelle dans la manipulation et les promesses stériles.

Après un long moment de résistance à la pression du Manding, Konaté a finalement concédé son accord de principe, sous réserve d’une période d’observation de Monsieur Alpha Condé. Cette réponse de Konaté n’a guère pu asseoir la sérénité chez Alpha Condé.

Pire, Monsieur Alpha Condé constate avec regret qu’après le grave accident subi par le Général Sékouba Konaté à son poste de Représentant de l’Union Africaine pour l’Opérationalisation des Forces en Attente, El Tigre ne serait plus enclin à rejoindre ce poste.

Or, si le Général Sékouba Konaté démissionnait de l’Union Africaine, en tant qu’officier supérieur de l’Armée Guinéenne en activités, il ne saurait rester dans la nature comme un électron libre. Dès lors, le pouvoir de Conakry sera obligé de l’accueillir en Guinée après avoir accompli une mission panafricaine avec brio et professionnalisme.

C’est justement à ce niveau que Monsieur Alpha Condé voudrait jouer le jeu en utilisant les médias internationaux pour pousser les autorités marocaines à renvoyer Sékouba Konaté de leur territoire. Du côté guinéen, des consignes fermes sont données aux services de sécurité de ne jamais laisser le Général Sékouba Konaté fouler le sol de son propre pays. Faute de pays d’accueil, Konaté sera dans l’obligation de rejoindre son poste.

C’est en résumant cette stratégie du pouvoir de Conakry que le Magazine « Jeune Afrique » a choisi le sensationnel en titrant que le Général Sékouba Konaté est devenu indésirable au Maroc, mais également interdit de rentrer en Guinée.

De l’autre côté, plus rien ne va à la normale entre Monsieur Alpha Condé et les bérets rouges assurant sa garde rapprochée. Il est reproché à Alpha Condé d’être radin et peu attentif aux conditions de vie et de travail de ceux qui assurent sa sécurité.

Chaque fois que ces derniers formulent des doléances auprès de Monsieur Alpha Condé, ils ne s’empêchent jamais de rappeler leur gestion exemplaire sous le Général Sékouba Konaté. Il n’en fallait pas plus pour qu’Alpha Condé voie une main cachée du Général Sékouba Konaté derrière toutes les réclamations de ses gardes qui broient du noir depuis six ans. Ils sont même relégués au second plan en faveur des étrangers inspirant la confiance du Président.

Justement, les malheurs de l’ancien Coordinateur de la Garde Présidentielle, le Commandant B52, en séjour médical en France depuis trois ans, viennent également de là. Un jour, le Président Alpha Condé avait remis à B52, à l’occasion d’une fête, une modique somme à distribuer aux hommes de la Garde Présidentielle.

Sans attendre, B52 avait réagi sur place en disant à Alpha Condé que le montant était dérisoire par rapport aux faveurs qu’accordait le Général Sékouba Konaté à ces bérets rouges. Soudain, le Président piqua une colère sans précédent, martelant que Konaté a pillé l’économie du pays.

C’est ainsi que B52 lui avait présenté des excuses et promis d’augmenter lui-même le montant avant de le présenter à ses subordonnés. Ainsi dit ainsi fait. En lieu et place des 15.000 Francs guinéens que chaque agent devrait percevoir avec l’offre du Président, la générosité de B52 leur a permis d’avoir 50.000 Francs guinéens chacun.

Quelques instants après, il a été rapporté à Monsieur Alpha Condé que c’est le Général Sékouba Konaté qui est le généreux donateur du montant rajouté par le Commandant B52. Malheur pour B52, sa première visite en France pour y subir une intervention chirurgicale a coïncidé avec la présence de Konaté à Paris. Les services secrets de Monsieur Alpha Condé lui ont directement rapporté que Konaté et B52 concoctaient un coup d’État contre son régime à partir de la capitale française.

La suite, on le sait. Dès son retour en Guinée, B52 a été arrêté et incarcéré au Camp Samory sans autre forme de procès, nonobstant son état de convalescence. C’est au prix d’un battage médiatique que le pauvre B52 obtiendra sa mise en liberté et sa sortie du territoire pour la suite de ses soins médicaux en France où il séjourne depuis trois ans》. Sans commentaire.

Mandian SIDIBE
Journaliste exilé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.