Accusé de harcèlement sexuel, Morgan Freeman présente ses excuses

Plusieurs femmes dénoncent le comportement de l’acteur américain, y compris une journaliste de CNN qui a coécrit l’enquête dévoilant ces informations.

Morgan Freeman à Los Angeles en janvier.

Mis en cause par huit femmes qui l’accusent de harcèlement sexuel dans une enquête de CNN, l’acteur américain Morgan Freeman a adressé un message jeudi 24 mai pour s’excuser « envers quiconque s’est senti mal à l’aise ou non respectée. Cela n’a jamais été mon intention ».

« Quiconque me connaît ou a travaillé avec moi sait que je ne suis pas quelqu’un qui intentionnellement voudrait vexer ou mettre quelqu’un mal à l’aise », a plaidé l’acteur oscarisé, qui devient la dernière star en date mise en cause pour son comportement déplacé dans la foulée de l’affaire Weinstein.

En tout, parmi les dizaines de personnes sondées par CNN ayant travaillé avec le comédien vedette de 80 ans, huit disent avoir été victimes de harcèlement et huit autres affirment avoir assisté à des actes inappropriés.

« Il faisait des commentaires sur notre corps »

Une jeune assistante de production sur le tournage en 2015 du film Braquage à l’ancienne affirme que M. Freeman l’a touchée ou caressée en bas du dos, faisant également des commentaires sur sa silhouette ou sa tenue. L’acteur de Batman Begins ou Million Dollar Baby, qui lui a valu un Oscar du meilleur second rôle, aurait un jour essayé à de multiples reprises « de lever ma jupe et demandait si je portais des sous-vêtements », raconte-t-elle anonymement, par crainte de répercussions sur sa carrière. A un moment donné, son partenaire Alan Arkin « lui a demandé d’arrêter. Morgan a eu peur et ne savait pas quoi dire », poursuit-elle.

Une membre de l’équipe de production d’un autre film, Insaisissables (2013) a fait état d’un comportement similaire, déclarant que l’acteur l’avait harcelée ainsi que d’autres assistantes. « Il faisait des commentaires sur notre corps », dit-elle, précisant que ces femmes avaient alors fait en sorte de ne porter aucun vêtement serré.

Le comédien a fondé une maison de production, Revelations Entertainment, où sept des femmes interrogées par CNN ont décrit un environnement de travail empreint de harcèlement, parfois en présence de son associée et cofondatrice de la maison de production, Lori McCreary.

Lire aussi :
 

Cinéma : la cause des femmes

Une journaliste de CNN parmi les victimes

L’une des accusatrices est une journaliste de CNN, Chloe Melas, coauteure de l’article dénonçant ses actes. Elle dit avoir fait l’objet de commentaires sexuels déplacés lors d’une conférence de presse pour la sortie du film Braquage à l’ancienne lorsqu’elle était enceinte de six mois. Morgan Freeman aurait notamment déclaré en la regardant de manière suggestive – propos filmés et diffusés par CNN : « Oh comme j’aurais aimé être là » lorsqu’elle est tombée enceinte. La chaîne américaine a aussi diffusé la vidéo d’un entretien avec une autre journaliste au cours duquel il parle avec moult sous-entendus du fait qu’ils sont tous deux célibataires.

Depuis le début en octobre 2017 de l’affaire Harvey Weinstein, producteur déchu accusé de harcèlement ou d’agressions sexuelles par une centaine de femmes, de nombreuses personnalités du cinéma ont été mises en cause pour des comportements inappropriés dont le producteur Brett Ratner, les acteurs Kevin Spacey, Jeffrey Tambor ou Steven Seagal et, en France, le réalisateur Luc Besson.

Lire aussi :
 

Et Cannes créa le tout-puissant Harvey Weinstein

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.