Affaire 3ème mandat : ‘’Alpha Condé a trois choix’’, selon Fodé Oussou

Suite à la déclaration de la Coordinatrice du RPG, Nantou Chérif, qui a annoncé samedi à l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire du parti au pouvoir, que c’est le peuple de Guinée qui demandera un 3ème mandat pour Alpha Condé», la réaction de l’opposition ne s’est pas fait attendre. Par la voix de Fodé Oussou Fofana, Vice-président de l’UFDG, le principal parti  de l’opposition guinéenne estime que cette déclaration et celle du Directeur national de la police, proviennent d’Alpha Condé lui-même.

« Je crois du Nantou Chérif et  le directeur national de la police, Bangaly Kourouma, ne parlent qu’au nom d’Alpha Condé. » Mais, poursuit le président du Groupe parlementaire ‘’Les Libéraux Démocrates’’,  ils ne font que distraire la population.  A chaque fois, ils inventent des histoires pour occuper l’esprit des gens alors que la mauvaise gestion qui les caractérise ne fait qu’aggraver les conditions de vie des guinéens », fait remarquer le parlementaire.

Devant ces agitations du parti pouvoir, alors qu’Alpha Condé entame la 2ème année de son second et dernier mandat, Fodé Oussou Fofana parle de trois scénarios possibles pour Alpha Condé en 2020 :

« Monsieur Alpha Condé a trois choix. Le premier, c’est de faire comme le béninois, Bony Yayi, c’est-à-dire de faire ses mandats et partir. Le deuxième choix, c’est qu’en voulant forcer la situation, en comptant sur le peuple, en voulant amadouer le peuple qui en a marre de sa gouvernance, il aura le sort qui a été réservé à Blaise Compaoré du Burkina. En troisième position, s’il s’accroche au pouvoir, il finira comme Yahya Jammeh. C’est à lui de voir à qui il veut ressembler. Il ne peut plus faire tout ce qu’il veut », estime le Vice-président de l’UFDG.

Au cours de l’assemblée générale hebdomadaire du parti, samedi 21 janvier, le parti de Cellou Dalein Diallo, après avoir félicité le président Alpha Condé pour le succès diplomatique, suite au dénouement heureux de la crise gambienne à laquelle il était médiateur, a toutefois conseillé au locataire du palais Sékhoutouréya de tirer les leçons de la crise gambienne et de ne pas tenter de s’accrocher au pouvoir.

Mariam Diallo, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.