Affaire 3ème mandat : Le « oui », « mais » de Makanera


Au cours d’une conférence de presse tenue jeudi à la Maison commune des journalistes, l’ancien ministre de la Communication dit qu’il est contre un 3ème mandat pour Alpha Condé, mais il reste tout de même favorable à une nouvelle constitution.

L’ancien griot de Dalein, qui a retourné à la mouvance présidentielle, estime que : « Cette constitution a été imposée au peuple de Guinée, elle n’est pas démocratique. Elle a  l’avantage de nous avoir permis de retirer le pouvoir dans la main des militaires. Et aussi permis l’élection du président de la République, des députés et des institutions républicaines du pays ».

Et le pire, ajoute l’ancien ministre de la Communication, « Lorsque vous prenez la Constitution qui existe aujourd’hui, elle a des faiblesses aussi. En ce sens qu’il n’y a pas d’équilibre de pouvoir. Le président de la République peut renvoyer les députés, ils ne peuvent pas faire une motion de censure. »

C’est pourquoi, estime Makanera Kaké,  « Aujourd’hui, nous sommes dans notre plein droit d’exiger à ce que la Constitution soit le reflet de la volonté du peuple de Guinée. Pour cela, il faut élaborer une nouvelle constitution et faire voter par référendum », a-t-il suggéré.

« Je souhaiterai, si le peuple est d’accord, qu’on consacre un certains pouvoir au Premier ministre qu’il soit réellement chef du gouvernement », indique le président du Front National de Développement (F.N.D), une formation politique qui n’a jamais pris part à une élection en Guinée.

Alors que les contestations se multiplient tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays, les promoteurs d’un 3ème mandat pour Alpha Condé multiplient les sorties médiatiques ce dernier temps, comme s’il était temps d’aller à l’offensive.

Après la galère dans l’opposition républicaine, où il était un des proches de Cellou Dalein Diallo, le président du Front National de Développement, retourne la veste et prône une nouvelle Constitution, pour dit-il, soutenir Alpha Condé, même si ce dernier ne veut pas.

Énervé par un journaliste qui lui a demandé s’il était fier de lui, malgré son instabilité, Makanera a tout simplement répondu : « Si vous pensez que j’ai un défaut c’est que vous n’avez aucune formation. Un journaliste qui ne connait même pas la charte des partis politiques, c’est en Guinée. Ayez le niveau vous aussi. …Vous n’avez pas honte ?», S’interroge Makanera, sur un ton menaçant.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.