Affaire corruption révélée par Global Witness: Cellou Dalein se prononce

Alors que les révélations de l’ONG britannique, Global Witness, sur la corruption commencent à avoir son impact au Libéria, avec l’arrestation de plusieurs hauts responsables de l’Etat, la question d’implication du fils du président dans une affaire de corruption pour l’attribution de la concession minière à Sable Mining, continue à alimenter les débats à Conakry.

S’exprimant sur le sujet samedi au cours de l’assemblée générale hebdomadaire de son parti, Cellou Dalein Diallo déplore la position défensive du président Alpha Condé, qui a tendance à nier les faits.

Revenant sur les propos du président Alpha Condé lors de la conférence de presse qui avait déclaré devant les journalistes,  je cite : « Comme on ne peut m’atteindre, on cherche à atteindre mon fils. Maintenant, ils n’ont qu’à donner la preuve », le leader de l’opposition déplore cette attitude défensive du président guinéen.

Toutefois, le président de l’UFDG soutient qu’en pareille situation, « Lorsqu’il y a des accusations, on met en place une commission d’enquête et on affirme haut et fort que tous ceux qui sont impliqués seront déférés devant la justice », car estime-t-il « nul n’est au dessus de la loi. ».

Comparant au cas libérien, où des personnalités ont déjà été interpellées dans le cadre de l’enquête, Cellou Dalein Diallo exprime toute sa déception quant à l’attitude des autorités guinéennes,

« Lorsque des fonctionnaires et des cadres du parti au pouvoir s’impliquent dans la magouille, dans les malversations, dans les détournements des deniers publics, il faudrait qu’ils répondent de leur forfaiture. C’est cela notre combat », rappelle le leader de l’opposition guinéenne visiblement très remontée par l’ampleur de la corruption.

Mais le Chef de file de l’opposition ne se limitera pas à ça. Après avoir égrené plusieurs cas de corruption enregistrés sous la gouvernance du président Alpha Condé, Cellou Dalein Diallo exige la mise en place d’une commission d’enquête comme ça été le cas du Libéria voisin :

« Après tous les marchés de gré-à-gré qui ont permis de sortir une masse d’argent, près d’un milliard de dollars en 2014 et en 2015, personne n’est poursuivie. Pourtant, il y a des preuves irréfutables. Il n’y a jamais eu de commissions d’enquête. Le président Alpha Condé ne prend pas de dispositions parce que c’est avec son aval que ces marchés de gré-à-gré ont été octroyés, que l’argent a été sorti,  que les garanties ont été délivrées par la banque centrale et qu’on a payé les entreprises avant même les échéances qui étaient prévues dans les contrats de base »

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.