Affaire des 200 milliards GNF : la Justice s’en mêle pour étouffer…

C’est loin d’être l’unique scandale financier révélé par la presse guinéenne, mais, c’est l’unique fois, en tout cas ces dernières années qu’un procureur de la République près le tribunal de première instance de Kaloum, autosaisit pour démêler l’écheveau.

Seulement, bien des Guinéens, au regard du manque d’indépendance de la Justice ne s’attendent pas à une conclusion contraire à la position du gouvernement. Néanmoins, le procureur s’en va en mission et a  « décidé de procéder ou faire procéder à des enquêtes et investigations plus approfondies  au terme desquelles des poursuites pourraient éventuellement être engagées conformément aux  dispositions pertinentes de l’article 47 du code de procédure pénale. Le parquet rappelle que de telles poursuites seraient initiées soit pour détournement de deniers publics soit pour dénonciation calomnieuse et diffamation. »

Il reste qu’une une seule personne ne peut pas détourner 200 milliards de francs guinéens. En tant que DAAF, il y a des ordonnateurs de la dépense estime de son côté Bah Oury, ajoutant que chaque ministre ordonne et la division financière administrative exécute. Pour Bah Oury,« C’est un ensemble de réseau. Dans le gouvernant lorsqu’il y a un problème, on s’interroge. Mettre un dispositif diagnostic pour apporter des mesures correctives. Mais si on ne veut rien faire, il va de soi qu’on ferme les yeux. »

Partant donc, les Guinéens ne s’attendent à rien dans la suite du scandale dont les ramifications peuvent aller jusque dans les labyrinthes de Sékhoutouréya.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.