Affaire Grenade en appel : L’audience renvoyée au 26 février prochain

Suite à un appel interjeté par les avocats de la défense, le procès Boubacar Diallo alias Grenade se poursuit à la Cour d’appel de Conakry.

Vendredi 19 février, c’était la phase du réquisitoire et de la plaidoirie dans cette affaire qui défraie la chronique à Conakry.

Dans son réquisition, le Procureur  demande à la Cour de maintenir la peine de 10 ans que le tribunal correctionnel de Dixinn avait condamné Boubacar Diallo ‘’Grenade’’.

 « Les faits pour lesquels Boubacar Diallo est devant la barre, sont bien fondés. Il a de la chance d’ailleurs parce que la peine prévue pour le meurtre est d’une réclusion criminelle de 30 ans alors que lui n’a été condamné qu’à 10 ans. Les motifs de l’appel évoqués par l’avocat de la défense, qui parlent de la culpabilité plutôt que de la peine, ne sont pas fondés », a estimé le Procureur de la République.

Mais pour les avocats de la défense, c’est une simple parodie de justice. Leur client est victime d’arbitraire. Me Mohamed Traoré estime pour sa part qu’on ne peut pas juger quelqu’un rien qu’à cause de son surnom.

« Boubacar Diallo est un véritable symbole de l’injustice et de l’arbitraire. Il est difficile de défendre le mensonge, la contrevérité. Ce dossier est un montage. On a vu un ministre de la République ou un ancien ministre arboré une tenue militaire, prendre une photo en tenue militaire et la poster sur Facebook. Il était où le procureur ? (…). On ne peut pas juger quelqu’un rien qu’à cause de son surnom », a-laissé entendre cet avocat de la défense.

En attendant la date butoir pour connaitre son sort, Grenade prend le mal en patience.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.