Affaire Ipad : Sylla tente de dédouaner Telliano

On comprend vraiment la peine d’Aboubacar Sylla, fondateur du FAD, cela en désespoir de cause, faute d’entente avec Dalein Diallo. Le porte-parole de l’opposition républicaine veut en effet tenter – mais sans succès – à dédouaner Telliano, accusé d’avoir subtilisé la tablette d’un député. Mouvance et opposition crient au scandale. Sylla, le nouvel allié de Telliano lui, veut noyer le poisson et laver la honte.

Au micro de média Guinée, Sylla explique : « J’ai été au cœur de cette actualité parce que je fais partie des députés qui se sont retrouvés dans le bureau du président de l’assemblée nationale pour débattre de cette question en présence de l’accusateur et de l’accusé. Et pas plus tard qu’à hier, j’ai reçu Deen Touré, président du groupe parlementaire de l’UFR qui a un peu chapeauté la conciliation et les débats autour de cette question, ainsi que M. Sila Bah et Jean Marc Telliano. Ce qui semble sortir des discussions qui ont lieu et des démarches qui ont été engagées, c’est que M. Telliano est toujours avec un IPAD. Même à la plénière de l’opposition républicaine, il a son IPAD avec lui. Donc, de mon point de vue, il a laissé son IPAD dans sa voiture et il est monté à la comptabilité de l’assemblée nationale. Et comme par hasard, il a vu un IPAD à côté de lui, il s’en est saisi instinctivement en pensant que c’était le sien et il est sorti avec. »

Seulement, on veut bien comprendre comment peut-on confondre son Ipad et celui d’un autre, ne serait-ce que la marque, la couleur et la couverture ?

De toutes les façons, Sylla dit qu’il ne croit pas « qu’un député de l’assemblée nationale comme M. Telliano qui a été candidat à l’élection présidentielle en 2010, qui a payé 400 millions comme caution sans parler des frais de campagne électorale, qui a des domaines à Conakry, qui en a à Gueckédou et qui a des appartements à l’extérieur de la Guinée puisse se rabaisser pour voler un IPAD qui ne vaut même pas 8 millions de francs guinéens. »

La réponse ? Seul Telliano le sait. Et donc, soit, il est malade, soit il est voleur, réplique tout bonnement Ousmane Gaoual Diallo. Le malaise du FAD est donc loin de finir.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.