Affaire Mohamed Diallo : Un-lieu pour 18 gardes de Cellou

Quatre mois après leur arrestation dans l’affaire du meurtre du journaliste Mohamed Diallo, le 05 février dernier, la justice guinéenne vient de se prononcer sur ce dossier. Un non lieu vient d’être déclaré dans le procès des 18 gardes du corps de l’opposant Cellou Dalein Diallo.

« Dans l’ordonnance n°181 du 24 mai 2016, le doyen des juges d’instruction, après quatre mois d’intenses investigations judiciaires, a ordonné la libération immédiate de nos clients. Parce qu’il s’est rendu compte qu’il n’y a aucune charge contre eux », a déclaré Me Alsény Aissata Diallo, un des avocats de l’UFDG au cours d’une conférence de presse.

Malgré tout, les prévenus restent en prison car le parquet a fait appel de la décision du juge d’instruction.

Un acte que regrette le collectif des avocats de l’UFDG : « Le parquet de Conakry II a refusé d’exécuter cette ordonnance, cette décision judiciaire. Il a préféré interjeter appel», regrette-t-il.

Avant d’indiquer que les avocats vont se battre corps et âme pour obtenir une libération pure et simple de leurs clients: «Au moment où je vous parle, le dossier au niveau du parquet général et nous nous acheminons vers la chambre d’accusation  où nous nous battrons corps et âme pour que cette ordonnance sage soit confirmée et que nos clients soient libérés.», a-t-il promis.

Pour rappel, c’est le 05 février dernier au cours d’un affrontement entre pro et anti Bah Oury, que notre confrère Mohamed Diallo a été tué par balle au siège de l’UFDG.

Depuis cette date, la presse guinéenne et la famille de la victime attendent que justice leur soit rendue, pendant que le dossier a tendance à prendre une tournure politique. Les avocats de l’UFDG dénoncent les deux poids deux mesures de la justice guinéenne dans cette affaire qui continue à faire couler encre et salive.

Mariam Diallo, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.