AFFAIRES DES 4 MILLIARDS de FCFA: La panique s’empare de la BCRG

A l’issue de la conférence de presse animée par le gouverneur de la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG), le lundi dernier, les autorités guinéennes croyaient avoir fait le plus difficile. Une semaine après, elles sont se rendent compte qu’elles s’étaient trompées. Que les interrogations et les doutes à propos du désormais fameux transfert des fonds de la BCRG, demeurent. Ne parvenant pas à produire les documents servant de preuve irréfutable, elles en sont à panique.

La meilleure illustration de ce manque de sérénité, c’est l’attitude du premier vice-gouverneur de la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG), Alpha Yéro Baldé. Se disant que le mutisme dans lequel s’abrite le RPG-arc-en-ciel depuis l’éclatement de cette affaire, il a cru opportun de se rendre au siège du parti présidentiel pour, dit-il, expliquer aux militants ce qui se serait réellement passé. Comme si la communication du gouverneur n’était à l’intention de tout le monde. De sa part, ça fait d’autant plus démago qu’il n’a rien dit de plus que Louncény Nabé. On pourrait même penser que son supérieur hiérarchique avait mieux communiqué que lui. C’est dire qu’on ne sait plus à quel saint se vouer.

L’autre marque de la panique, c’est la manière peu diplomatique avec laquelle il a traité le ministre sénégalais de l’économie et des finances. En effet, racontant comme les choses se seraient passées à l’aéroport de Dakar, il estime que le douanier zélé qui a intercepté de l’argent avait appelé le « ministre qui ne connaît pas ». Il ne s’arrête pourtant en si bon chemin. Très sûr de sa personne, il poursuit : « c’est pourquoi je dis qu’on peut être ministre sans connaitre les technique bancaire ». Tout se serait donc produit parce que le ministre sénégalais de l’économie et des finances est inculte en techniques bancaires.

Si la communication continue à ce rythme, on risque bien d’irriter Dakar et la contraindre à sortir de son silence. Ce qui, pensent certains, ne pas risque de se révéler à la faveur des autorités guinéennes.

Anna Diakité, Kabanews

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.