AG de l’UFDG : Cellou Dalein Diallo revient sur les événements de Timbo

Les incidents intervenus lors de l’inauguration de la mosquée de Timbo continuent à occuper la Une de l’actualité nationale. Ce samedi 28 mai, à l’Assemblée générale de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo est largement revenu sur cette folle journée qui a fait une cinquantaine de blessés et des dégâts matériels importants.

S’exprimant devant ses militants, le leader de l’UFDG dira que :« La mosquée ne pouvait pas accueillir même les 5% du monde qui était à Timbo ». En plus, ajoute-il, «  Il y avait déjà une source de conflits. Il y avait une ruée sur la clôture et sur le portail. J’étais entouré de certains camarades et des maintiens d’ordre qui essayaient de me frayer un chemin. Mais à un certain moment, on a dit qu’il faut arrêter puisque la bousculade était de telle enseigne que pour ma sécurité et la sécurité des autres, il fallait s’arrêter. Surtout qu’entre temps, on a dit qu’il y a des morts au portail. On s’est donc arrêter à 10 mètres » a-t-il expliqué.

Poursuivant, le Chef de file de l’opposition guinéenne ajoute : « A un moment donné, les jets de pierres sont arrivés sur nous. C’était trop difficile de bouger puisqu’il y avait trop de monde. Après ce sont les bombes lacrymogènes. Les cailloux venaient de l’intérieur de la mosquée. Une bombe venant de l’intérieur de la mosquée est tombée sur mes pieds. Nous avons essayé de reculer. Nous sommes habitués ici aux bombes lacrymogènes, mais il y a eu des gens qui sont tombés en syncope à côté de nous. Finalement, on a reculé. Mais la bagarre continuait au niveau du portail. Enfin de compte on a décidé de retourner dans notre résidence. Voilà les faits. ». 

Mais qu’est-ce qui a été à l’origine de ces affrontements ?

Pour le président de l’UFDG : « Il y a eu beaucoup de rumeurs. Il faut dire qu’il y avait des tensions la veille dans les commissions d’organisation (…). »

Finalement, conclu, le président de l’UFDG, « Moi j’ai prié à l’intérieur de la cour où j’étais logé. Voilà les faits. Toute autre information qui contredit cette version est fausse. Je ne suis pas rentrer dans la mosquée par prudence. J’ai décidé de renoncer d’y rentrer parce qu’il y avait beaucoup de violences. Donc nous avons décidé d’opter pour la prudence dès lors que nous étions là pour assister à l’inauguration d’une mosquée. On ne voulait pas être une source de conflit, ni d’y prendre part. »

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.