Albert Damantang ne croit pas qu’il y ait coïncidence entre la « reprise » du dialogue politique et la menace de manifestation

Alors que le climat politique est monté d’un cran ces derrières semaines entre le pouvoir et l’opposition — qui projette d’organiser une grande manifestation dès le retour du président Alpha Condé à Conakry) —, le porte-parole du gouvernement Albert Damantang Camara a donné son point de vue sur ce que certains appellent la « coïncidence » dans la mise en place d’un cadre de dialogue entre les deux parties et la reprise de manifestions annoncée par les opposants. Invité dans l’émission Espace Expression de radio Espace FM, M. Camara a laissé entendre qu' »on ne va pas revenir sur le débat », si « ça coïncide avec la manifestation » programmée pour les jours à venir.

«Je vous ai dit une fois que l’opposition manifeste au moins deux ou trois fois par an. À un moment donné lorsque vous convoquez un dialogue ou vous incitez pour un dialogue, c’est soit avant ou après une manifestation. On nous dit : « c’est parce qu’il y a manifestation que vous appelez au dialogue ou bien c’est parce qu’il doit y avoir manifestation que vous appelez au dialogue ». Bon, on peut continuer comme ça, pendant longtemps. Je dis et je répète que le dialogue existe. Le Premier ministre n’a pas convoqué un dialogue qui se fait à l’assemblée et à la CENI (commission électorale nationale indépendante, NDLR). Maintenant si les gens insistent parce qu’on ne trouve pas de solutions au sein de ces instances, alors que, lui, le Premier ministre voit par exemple que la CENI convoque régulièrement les partis à des assemblées où ils expliquent pourquoi les élections ne peuvent pas se tenir. Si malgré cela, certains acteurs estiment qu’il n’y a pas d’avancée, ils peuvent convoquer un dialogue ; et c’est ce qui s’est passé. Ça correspond au moment où l’opposition veut appeler à une manifestation, c’est dommage mais ce n’est pas cela qui motive l’appel au dialogue», a-t-il assuré.

En tous les cas, l’opposition a réaffirmé ce lundi en marge de l’annonce du report de la manifestation, initialement prévue pour le 10 août, au 16 du même mois, que le gouvernement refuse de dialoguer avec ses adversaires ; rejetant toute responsabilité dans le blocage actuel.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.