Alia Camara du Journal Télévisé : la bourde de trop qui fait des vagues!

L’un des jeunes présentateurs vedettes de la télévision nationale écope d’une sanction « Jusqu’à nouvel ordre ». Alia Camara est ainsi frappé à cause de sa bourde de trop en annonçant l’élément qui concerne les résultats chaotiques du bac unique dont tout le monde parle depuis la publication. La bourde du présentateur est ceci : « Massacre intellectuel ».

Il n’en fallait pas plus pour s’attirer l’ire de Rachid Ndiaye, ministre de la communication et la levée de boucliers de tout le département du Pré-universitaire, organisateur du bac qui fait tant jaser dans la cité. D’appels en appels entre ministres et responsables de la RTG, la sanction tombe sur Alia Camara que des confrères à lui qualifient d’ailleurs – peut être à tort ou à raison – de nombriliste. Pris comme meilleur présentateur, il y a peu, Alia ne semble pas être à son premier coup d’essai. Il aurait également écopé d’une autre sanction du genre. Toujours obnubilé à bien accrocher les téléspectateurs, Alia paie cash son audace mais surtout de son impartialité.

En effet, selon des journalistes professionnels connaissant bien la maison, le présentateur n’avait qu’à annoncer son élément et c’est au reporter de prouver que c’est un « Massacre intellectuel ». Certains estiment que la sanction est lourde et donc un simple avertissement aurait suffi. Seulement, à une heure de grande écoute, avec un sujet aussi sensible, les autorités ont préféré taper sur le récalcitrant présentateur. Il est vrai que des petits malins y voient une sorte de chasse aux sorcières de tous les petits de l’ex DG de la

RTG Yamoussa Sidibé. Cette donne est manifestement peu évidente pour motiver la sanction d’Alia Camara.

Ce que les uns et les autres ne savent surtout pas, c’est que, là-bas, dès 16h, responsables d’édition, rédacteurs en chef, etc. rentrent en ermitage pour aligner les éléments sans trop se soucier des titres du présentateur. Or, dans une maison comme la RTG, tout est sensible. On est présentateur aujourd’hui, demain, on ne l’est plus : Ahmed Barry, Ciré Dieng, Marie Louise Sanoussy, Saidou Diallo, Mamadou Saliou Diallo, etc. Alia doit tirer les leçons de sa première sanction, tirer les leçons de ces autres anciens présentateurs et se résoudre à marcher sur les œufs.

Qui a dit que qui veut aller loin ménage sa monture !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.