Et si Alpha Condé avait berné ses nouveaux adhérents ?

Alpha Condé a reçu un mouvement ethnique qui s’est constitué en rempart pour faire basculer le Fouta au RPG. Revanchards et soufflant sur les braises en faisant croire aux uns et aux autres qu’ils étaient embrigadés, ces jeunes et personnes du 3è âge sont venus pour disent-ils apporter leur soutien à Alpha Condé.

Ce qui est, à priori, un problème. Une réelle violation des lois de la République. Mais Alpha Condé n’en a cure. Ce mouvement n’a rien à voir avec une corporation comme les orpailleurs, les tisserands, etc., mais bien entendu une communauté qui se dit s’être libérée des chaînes de mensonges et d’intimidation auxquelles elle était contrainte. La Constitution prend un coup ; un autre coup. Si cette communauté qui parle aujourd’hui au nom de tout le Fouta était sûre de sa démarche, elle n’avait qu’à attendre les locales pour glisser leurs bulletin au détriment d’un autre qualifié à tort ou à raison de terroriste et d’adepte de la terreur.

En se faisant recevoir avec des discours qui sont loin d’apaiser, ces autres opportunistes venu de la Moyenne Guinée ou du moins se réclamant de cette partie de la Guinée font du forcing. Cette délégation est loin de représenter le Fouta. Ni les jeunes, ni les femmes encore moins ces hommes à la barbe blanche. Aucune consultation à la base. Ils ne peuvent donc pas parler au nom du Fouta, fulmine-t-on ici et là. Ce qui est évident, Alpha Condé semble les avoir bernés. Il est en fin de mandat. Il est conscient que ce sont des opportunistes. Les joutes arrivent. Ceux-ci cherchent à placer les siens.

En véritable bête politique, Alpha Condé use et abuse des proverbes pour s’attaquer aux uns, envoyer des pics aux autres, sans trop s’aventurer sur les pistes de ce mouvement de soutien, dernier-né. « On a terrorisé les gens, mais certains d’entre eux ont eu le courage de les affronter et casser cette peur (…). La menace et l’intimidation ont empêché beaucoup des gens de s’exprimer. Mais cette peur a progressivement disparu. Je rends hommage aux jeunes du mouvement Djonken Alpha qui ont osé aussi affronter la jeunesse du Fouta. Aujourd’hui, on peut dire publiquement au Fouta que nous sommes RPG et nous défendons le président Alpha Condé sans avoir peur », se réjouie Alpha Condé.

Il dit justement ce que ces hôtes veulent entendre. Salves d’applaudissements et puis ? Rien ! Selon des sources, la venue de ce mouvement à Sékhoutouréya ne saurait se justifier. Djokkein Alpha aura tourné court. Des billets de banque avaient été libérés, pour la cause. Quelques cadres de la Préfecture de Tougué se sont partagé le pactole. Le représentant du RPG, un des secrétaires généraux de la Préfecture s’est taillé avec une bonne partie et plus personne n’a osé piper mot.

Seul intérêt tiré, Yéro Baldé grand financier du mouvement s’est tiré d’affaire avec un poste de ministre, aujourd’hui fortement menacé. Il risque de partir comme il est venu : la petite porte. Les mouvements de soutien en fin de mandat ? Il faut être sourd et aveugle pour jouer le même jeu. Encore plus quand on s’appelle Alpha Condé.

Allons donc !

Jeanne Fofana, kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.