Alpha Condé et les avenants : le pied dans le plat !

Les avenants, selon le Code des Marchés publics constituent des actes contractuels, modifiant certaines clauses du marché de base pour les adapter à des évènements survenus après signature.  Ces avenants peuvent de fait constituer une source d’enrichissement illicite de certains cadres véreux et chefs d’entreprises concourant à la commande publique.

Alpha Condé veut en finir avec ces avenants. C’est ainsi qu’au cours de conseil des ministres du jeudi dernier, il a rappelé l’interdiction de conclure des avenants aux contrats de marchés publics hormis les cas de force majeure juridiquement établis. Juridiquement établis, disiez-vous ? Eh bien la voie est toujours libre pour se faire pleines les poches. En effet, dans le secteur des marchés publics, c’est une nébuleuse. Les acteurs ? Des cadres tapis dans l’ombre jusque dans bureaux huppés de Sékhoutouréya.

Ce qui se dit devant les micros et camera, n’est pas valablement ce qui se fait dans la pratique de tous les jours. Les mêmes avenants reviennent deux à trois fois, alors les travaux n’ont même pas débuté. Les mêmes marchés aussi reviennent tous les ans, avec de nouvelles dénominations. L’argent sort des caisses de l’Etat et on se le partage. En mettant ainsi le pied dans le plat, Alpha Condé voudrait lutter contre une pratique que lui-même a instaurée dans le système. Plongé jusque dans la moelle épinière dans l’octroi des marchés de gré à gré, sans aucun appel d’offre, Alpha Condé veut se faire peur. Malheureusement dans la plus grande violation des textes qui régissent les marchés publics en Guinée.

Avenant ou pas, le président guinéen a habitué aux nombreux bénéficiaires de marchés des faveurs occultes. Bannir cela serait quand même une gageure.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.