Alpha Condé félicite Macron : Et pourtant, Paris avait rejeté le scrutin du 22 mars

Lors d’une nouvelle allocution lundi soir, le chef de l’Etat français a promis d' »aider l’Afrique à lutter contre le virus plus efficacement ». 

Cela suffit pour que le président guinéen félicite Emmanuel Macron après les froides relations entre Paris et Conakry, suite aux élections contestées du 22 mars dernier.

« Je félicite le président Emmanuel Macron pour son audacieuse initiative d’inviter ses pairs européens et occidentaux de procéder à l’annulation massive des dettes africaines pour permettre à notre continent d’accentuer la lutte contre le COVID19. Tous ensembles, du Nord au Sud! », a écrit Alpha Condé lundi sur sa page facebook peu après le discours du Président français.

S’adressant à ses compatriotes, Emmanuel Macron a promis que la France et l’Europe vont devoir aider l’Afrique à lutter contre le coronavirus en « annulant massivement sa dette », a déclaré lundi le Président français.

Au delà d’une « refondation » européenne, « nous devons aussi savoir aider nos voisins d’Afrique à lutter contre le virus plus efficacement, les aider aussi sur le plan économique en annulant massivement leur dette » a déclaré le Président français depuis l’Elysée lors d’une nouvelle allocution télévisée consacrée à la lutte contre l’épidémie mondiale de Covid-19.

A quoi Alpha Condé, quant on sait que Paris avait jugé le double scrutin du 22 mars « non crédible » ?

Au lendemain double scrutin contesté, la France a estimé que le

« Le caractère non inclusif de ces élections et non consensuel du fichier électoral, ainsi que le rôle joué par des éléments des forces de sécurité et de défense excédant la simple sécurisation du processus, n’ont pas permis la tenue d’élections crédibles et dont le résultat puisse être consensuel. La France relève aussi l’absence d’observation régionale et internationale à l’occasion de ce double vote ».

Cette réaction de Paris avait irrité Conakry à tel point que l’Ambassadeur de la France a été convoqué par le ministre guinéen des Affaires Etrangères pour des « explications ». Conakry s’était interrogée comment peut-on juger un scrutin dont on n’est pas parti prenant encore moins un observateur.

Quelques jours après, le Président français qui a procédé à un entretien téléphonique avec une dizaine de Chefs d’Etat français, sans Alpha Condé, annonce une subvention accordée à 5 pays francophones, sans la Guinée, pour un montant qui   s’élève à 1,5 million d’euros.

Alpha Condé veut-il rectifier le tir, auprès de l’ancienne Métropole, après avoir passé en forcing son projet de nouvelle Constitution contre la volonté d’une partie importante des guinéens et de la Communauté internationale ?

A quoi joue le locataire du palais Sékhoutouréya en cette période de crise sanitaire et économique?

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.