Alpha Condé et le Foutah: les faits sont pourtant têtus !

Manden djallon ! Cela vous dit ? Un mouvement qui visait à diviser le Foutah. Contre la Constitution, cette faction a été validée par un ministre d’Alpha Condé et pas des plus conventionnels : Alhassane Condé, alors ministre de la Décentralisation. Manden djallon a fait long feu. Sur ses cendres fumantes, une histoire de rundé et de fulaso fait irruption. Alpha Condé était aux manettes car, qui ne dit rien consent.

Ces deux trouvailles plus d’autres encore ont secoué la région, mais celle-ci ne s’est jamais enflammée. Aujourd’hui, elle panse ses plaies. Certaines se sont même cicatrisées. Il aura fallu trois ans après son accession au pouvoir pour que le chef de l’Exécutif se rende dans la capitale de la Moyenne Guinée pour dire toute de suite aux sages : « Je ne suis pas contre le Foutah ». Ce bout de phrase lâché intervenait au moment où  les législatives approchaient et au moment même où le tissu social était entamé.

Auparavant, il a fait une confession : « On dit que je ne suis pas venu au Foutah. Pourtant, c’est la première fois que j’arrive à Kankan. Depuis mon élection (3 ans, NDLR), je n’avais jamais été à Kankan. Je sais que le Foutah n’est pas contre moi, je ne suis pas contre le Foutah. La Forêt n’est pas contre moi, je ne suis pas contre la forêt. La Haute Guinée n’est pas contre moi, je ne suis pas contre la Haute Guinée. La Basse Guinée n’est pas contre moi, je ne suis pas contre la Basse Guinée. »

Un discours qui tranche avec celui tenu à Dakar, il y a des mois plus tôt.  En effet, en accordant une interview à Sud FM et de l’Enquête, des médias sénégalais, Alpha Condé avait dit : « Vous avez trois régions en Guinée : la Haute Guinée, la Forêt et la Basse-Guinée. (…) moi, je ne suis pas venu pour faire l’équilibre ethnique.»

Plus tard, Condé s’est rectifié pour dire que la Guinée c’est une voiture qui a quatre roues. Et plus récemment, avec ses nouveaux alliés, il le réitère. « Aujourd’hui, on peut dire publiquement au Fouta que nous sommes RPG et nous défendons le président Alpha Condé sans avoir peur (…). Le Fouta est une partie de la Guinée, on ne peut pas le séparer de la Guinée. Si on le fait, on empêche alors Fouta de se développer, la Guinée ne peut pas aller de l’avant sans le Fouta, sans la Basse Guinée, sans la Haute Guinée et sans la Guinée Forestière », a notamment dit Alpha Condé.

C’est à dessein. Pour juste les berner, en ce dernier tour de piste. Rien que cela !

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.