Alpha Condé : « On doit privilégier l’enseignement public… »

Alors que les universités privées ne cessent de se multiplier à travers le pays, le président de la République a indiqué que quatre universités publiques seraient prochainement construites pour désengorger la capitale et permettre à l’État de diminuer la quantité de bacheliers orientés vers celles relevant du secteur privé. « Nous allons renforcer les universités publiques. Nous avons un projet de créer quatre grandes universités dans les quatre régions naturelles de la Guinée. Nous ne sommes pas contre l’enseignement privé mais on doit privilégier l’enseignement public qui a la responsabilité de former les meilleurs cadres », a annoncé Alpha Condé.

Le chef de l’État veut ainsi privilégier l’enseignement public tout en faisant des économies. Le président Condé accuse les responsables des universités privées de gonfler les chiffres sur le nombre de boursiers qu’elles reçoivent de l’État. « On ne doit pas gaspiller l’argent de l’État à financer des universités qui nous trompent », a-t-il insisté. « C’est pourquoi, a-t-il expliqué, le contrôle doit être de rigueur. Quand on prend en charge 500 étudiants dans une institution privée alors qu’il n’y a que 200 étudiants, c’est de la tromperie », a fait remarquer le locataire du Palais Sekhoutoureyah visiblement en colère, avant de dénoncer le fait que le reste de l’argent débloqué aille illégalement dans la poche des fondateurs.

Et de préciser : « Si les universités privées veulent aller en grève, ils n’ont qu’à le faire, ceux qui veulent descendre dans les rues n’ont qu’à le faire. Cela ne me fait ni chaud ni froid. » En attendant la réalisation de cette énième promesse de l’ancien opposant historique, « champion en annonces », les institutions d’enseignement supérieur publiques et privées ne désemplissent pas.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.