Alpha Condé, voyageur impénitent

Face aux nombreuses critiques aussi bien de son opposition que des observateurs neutres qui lui reprochent ses nombreuses sorties, Alpha Condé avait répondu le 12 août 2016, qu’on le veuille ou non, il va continuer à voyager. Et le président de la République s’en tient à cette doctrine. Alors que les défis dans son pays restent sans cesse immenses, il continue sa ronde, d’un pays à l’autre, d’un continent à l’autre.

Ainsi, dernièrement, il a effectué une tournée d’une semaine en Chine avec comme prétexte la conclusion de nombreux contrats et conventions dont les Guinéens attendront les retombées. Fraichement rentré de ce déplacement, il prenait part à la COP 22 au Maroc. Et à peine revenu de Marrakech, le voilà qui se pointe à Malabo, dans le cadre du sommet Afrique-monde arabe. Reléguant ainsi le sommet de la Francophonie au second plan. Et on s’attend à ce qu’il soit au sommet Afrique-France, en janvier prochain à Bamako. Visite qu’il devrait prolonger en se rendant à Addis-Abeba pour prendre part au sommet de l’Union africaine dont il brigue la présidence.

Ses adversaires pourront toujours crier et protester contre ses voyages dont les bénéfices pour le pays restent très relatifs. Mais ils ne pourront l’empêcher de prendre son avion, de rendre visite à des amis et de participer à des sommets. C’est cela aussi les privilèges qui se rattachent au pouvoir. Surtout que durant sa longue carrière d’opposant, il n’avait pas toujours les moyens de s’offrir de telles tournées. Autant donc en profiter maintenant qu’il a ces moyens. C’est ce qu’il doit se dire.

Anna Diakité, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.