Alpha, Dalein et Bah Oury : des manœuvres sordides ?

Mousquetaires de la scène politique ! C’est ainsi qu’on pourrait bien appeler les trois hommes que tout divise mais que des intérêts sordides rassemblent : des manœuvres pécuniaires. Alpha Condé à la baguette, pistonne Bah Oury pour affronter le président de l’UFDG et de ses proches. Dalein Diallo, lassé de faire tuer ses militants à chaque fois qu’il descend sur le macadam rencontre Alpha Condé, met la pression pour que les accords signés depuis Mathusalem soient enfin respectés.

Hélas ! Que nenni ! Alpha initie la loi sur le statut du chef de file de l’opposition l’introduit au Parlement. Et tout se joue presque d’une façon rocambolesque. La suite ? Une vive levée de boucliers, de jalousie et d’appétits. Dalein est livré aux loups. Bah Oury dénonce un enrichissement illicite. D’autres parlent de haute trahison. L’opposition elle-même tente de garder son sang-froid pour au moins éviter d’autres émiettements. La mouvance est divisée. Certains comme Bantama Sow, maladroitement, dénonce la manière cavalière de l’octroi du budget du Chef de File de l’Opposition, oubliant au passage que c’est une initiative du Chef de l’Etat. Au sein de la même mouvance, on jure la main sur le palpitant que « tout est légal ». C’est le cas de Michèle Kamano, président de la commission finance de l’Assemblée nationale, tandis que Damaro entretient la polémique.

« Alpha Condé a espéré que Bah Oury qui a conclu la paix avec lui pourrait empêcher l’UFDG d’organiser de nouvelles marches contre le pouvoir. C’est ainsi qu’il a décidé d’acheter la collaboration de Cellou Dalein en lui brandissant des avantages du chef de file de l’opposition qu’il pourrait lui accorder. Cellou mordit à l’hameçon en exprimant son souhait que cela se fasse dans la discrétion. Alors, ils trouvent un arrangement qui contourne le vote du budget par Parlement: Alpha Condé informe Kory Koundiano du deal et ordonne au ministre du budget de verser 5 milliards à Cellou au titre de chef de file de l’opposition. Cellou Dalein lui-même en définit les modalités de paiement (1 milliard et 250 millions GNF par trimestre) », accuse un proche de Bah Oury.

Une histoire de 200 mille Euros accordés à l’exclu de l’UFDG par Alpha Condé, comme prime de réconciliation fait aussi débat. Mais, c’est le budget du Chef de File de l’Opposition qui fait beaucoup plus de cris et de débats. Comme quoi, les liaisons que tissent ces trois hommes inquiètent et font croire aux uns que le mandat d’Alpha Condé risque de finir avant l’organisation des élections locales. Déjà, il y a de quoi s’occuper au niveau de l’opposition : la déchirure.

Pendant ce temps, il y a du répit du côté de Sékhoutouréya. On se la coule douce. Le temps de mieux viser pour viabiliser le rêve : 3è mandat.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.