Alpha et la presse : la carotte et le bâton !

D’un côté, il demande à ce que les journalistes l’accompagnent quand il est dans des difficultés, notamment avec Ebola. De l’autre, ces hommes et femmes de plume ne sont que des médiocres et des corrompus.

Comble de tout et en déphasage avec son temps, le président guinéen déclare à tout-va qu’il ne lit pas les journaux, ne suit pas la télévision et n’écoute pas la radio. C’est vraiment un homme à part. Alors question : comment s’informe Alpha Condé ? Comment saura-t-il la situation désastreuse dans laquelle la pauvre ménagère accouche dans un petit centre de santé non équipé, dans les confins de Mandiana, Dalein ou Pinet, là-bas ? Pourquoi invite-il alors la presse ? Cet Alpha-là est atypique. Dépassé.

« Ce sont les gens dont on met en cause leurs intérêts, qui paient les journalistes. Ce n’est pas les journaux qui dirigent la Guinée. Ce n’est ni Le Monde, ni le Figaro, ni RFI, ou quoi que ce soit, qui dirige la Guinée. Qu’ils écrivent ce qu’ils veulent. Moi, mon seul juge, c’est le peuple de Guinée et le peuple africain, c’est tout. »

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.