Alpha rencontre les artistes : grosse erreur de timing du président !

Des familles entières pleurent encore la mort des leurs tombés sous les balles réelles des forces anti-émeutes et des bérets rouges, entre lundi et mercredi, suite au ras-le-bol généralisé constaté au niveau de la gestion des revendications du syndicat des enseignants.

Au lieu de faire une déclaration responsable dans les médias, pour appeler au calme des jeunes et à la retenue des gendarmes, policiers et bérets rouges, tout en invitant les ministres du secteur éducatifs de prendre toutes les dispositions idoines pour la bonne reprise des cours, le président rencontre les artistes et parle de tout et de rien. Alpha Condé prouve encore à suffisance jusqu’où les Guinéens tués comptent pour lui, comptent pour la République. C’est tout simplement une prime accordée à l’impunité. Une caution accordée à la vengeance et à l’atmosphère tendue entre forces de l’ordre et population. C’est manifestement une grosse erreur de casting du président. Quitte à ajourner cette rencontre avec les artistes, le temps de soulager les familles endeuillées. Dans la plus grande impunité entretenue par le pouvoir en place.

C’est manifestement écœurant de voir Alpha Condé et sa colonne d’artistes dont le choix laissait à désirer, en train de rire et d’alterner le français et la langue nationale soussou. Il est en réalité le premier à bafouer l’autorité de l’Etat. Qu’est ce qui lui coûtait de taper du poing sur la table pour faire diligenter des enquêtes sur la grève des 72 heures bien chaudes et soldées, on le sait par des morts d’hommes ?

Sa voix porte, elle devrait rassurer et ramener du coup, le calme dans la cité. Mais Alpha Condé n’en a cure.

Il préfère s’occuper des détails que de ce qui est lié directement à l’intérêt supérieur de la nation : la paix et la quiétude sociales. Certes, le calme revient timidement, mais, les plaies sont loin de se refermer. Les Guinéens pleurent leurs semblables. Même si Bafoe menace d’en finir avec les enfants de l’axe. Avec des sorties hasardeuses de cet officier de la Police, on est loin de sortir de l’auberge. Triste !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.