Alpha rencontre Dalein : entre naïveté et incohérence

Dalein et Alpha se sont rencontrés pour évoquer des sujets liés à la crise politique. Rien de nouveau. Rien. Même pas une petite garantie. Le chef de file a avalé des couleuvres.

D’un côté, il dit être satisfait de sa rencontre avec Alpha Condé, « dans la mesure où on a eu une discussion longue, franche. J’ai pu librement exprimer et défendre les positions de l’opposition dans l’ensemble. Je pense que j’ai été entendu. Maintenant on attend l’application. Quelle suite le comité de suivi va donner à la demande de monsieur le président de la République en ce qui concerne les réclamations de l’opposition relative aux élections locales qui viennent d’avoir lieu le 4 février». De l’autre, Dalein Diallo dit ne pas détenir de garanties de la part de ce même Alpha Condé.

De toute évidence, « Je voudrais saisir cette tribune pour informer les militants et sympathisants de l’opposition que les manifestations sont suspendues jusqu’à ce que le comité de suivi puisse proposer la publication des vrais résultats qui nous ont été enlevés lors de la centralisation. » Trop tôt, crient certains, décision très sage apprécient d’autres. On se rappelle qu’à la fin du mois de février, le même Dalein Diallo avait menacé : « Nous n’allons pas arrêter les manifestations tant que justice ne sera pas faite. C’est -à-dire que les procès-verbaux établis à l’issue des élections ne peuvent pas être mis dans l’eau ».

Près de dix ans, Dalein Diallo est roulé dans la farine. Il avait demandé à ses militants de faire confiance à Alpha Condé, puis, la suite, on la connait. Morts d’hommes et destructions de biens publics et privés. Dalein n’est toujours pas enclin à tirer les leçons. Aujourd’hui, il est entre cette naïveté et une incohérence sans nom.

« Le président de la République m’a dit de lui faire confiance. Il m’a dit qu’il s’engage personnellement d’homme à homme de veiller à ce que ça soit. Si ce n’est pas le cas, qu’il va s’impliquer et qu’on va garder le contact, mais je le jugerai aux actes », rapporte le chef de file de l’opposition. Or, « Je n’ai eu aucune garantie particulière. Nous avons fait le point sur l’application de l’accord du 12 octobre. L’opposition n’a jamais cessé de déplorer l’inapplication des accords politiques et, souvent, on nous reproche de privilégier la rue. »

De toutes les façons, il n’aura rien eu de nouveau, si ce n’est la question de fraudes. La rencontre Dalein-Alpha n’est qu’une pause. Pour distraire et souffler.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.