Alternance politique 2020 : adieu Alpha, vivat le RPG !

Troisième mandat. Effet d’annonce ou tentative de passage en force, le RPG ne veut plus d’Alpha Condé comme président de la Guinée, à partir de 2020. C’est somme toute ce qu’a laissé entendre Saloum Cissé, l’une des grosses pontes du parti au pouvoir, en pole position au niveau du Parlement. Ce député RPG veut voir le parti rempiler mais sans le président actuel.

Cette position qui tranche littéralement avec la volonté de bien d’autres faiseurs de roi est passée inaperçue. Pour 2020 donc, adieu Alpha Condé, vivat le RPG. C’est donc un boulevard qui s’ouvre pour une guerre secrète mais ouverte de succession à Alpha Condé.

Déjà, la fronde au sein du parti au pouvoir agace les uns, lasse les autres et fait douter Alpha Condé. Le président du parti, cumulativement président de la République ne sait plus à quels militants et responsables se fier : il récolte juste ce qu’il a semé. Affichant au départ une allure de démocrate, puis d’indifférent avant de se raviser, Alpha Condé doit aujourd’hui se faire remplacer, à la tête du parti, après plus de cinq ans de double responsabilité, contraire aux lois et statuts du parti. Il anime les assemblées générales et tape sur tout.

D’ailleurs, c’est au cours d’une de ses rencontres qu’il avait tenu ce discours dont nous vous livrons un extrait : « Je suis là non pas pour vous donner des instructions pour faire quoi que ce soit. Mais pour vous dire qu’il y a trop de mensonges présentement dans notre parti. J’ai l’impression que certains responsables ne sont pas honnêtes et continuent de véhiculer les fausses informations dans l’esprit des militants et sympathisants à la base. Concernant par exemple le renouvellement des instances annoncé au niveau du parti, certains responsables disent que j’ai exigé à ce que tous les dirigeants soient tous remplacés. Ce qui est faux et un mensonge grossier. »

Et Alpha Condé d’ajouter : « Les vrais décideurs d’un parti démocratique doivent être les militants à la base. Ils sont les seuls à décider si un responsable doit rester à son poste ou pas. Cessez donc de mentir et laissez les militants à la base faire leur choix lors du renouvellement des instances du parti. Je n’ai donné des instructions à personne de faire quoi que ce soit. Je suis un démocrate et je souhaite que tout se passe dans la démocratie au sein du parti. Si un responsable fait bien son travail, mais il sera plébiscité par les militants. » Aujourd’hui, ce discours change avec la fronde menée expertement par des cadres du parti ou alliés du RPG.

En attendant de démêler l’écheveau, des noms circulent déjà et pas des moindres : Mohamed Diané et Ousmane Kaba. Sauf que, sur leur chemin, ils risquent de croiser un certain Kassory Fofana, rendu super ministre à la Présidence de la République et un certain Sydia Touré qui s’est rapproché du parti au pouvoir. D’autres personnalités en embuscade attendent de venir perturber les ambitions des uns et des autres. La guerre est ouverte et risque d’être ardue. Tant au sein du RPG, qu’au niveau de la galaxie présidentielle dont des candidats non déclarés pour 2020 ont déjà la langue pendue, salivant rêvant secrètement de remplacer Alpha avec ou sans échéance. Coups fourrés, délations et autres manœuvres machiavéliques doivent désormais être les plats les mieux servis. Il va de soi !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.