Ambiance de fin de règne : ce discours assagi d’Alpha Condé

Regard fuyant cherchant une certaine sérénité, l’adresse d’Alpha Condé, le lundi dernier, à la nation se résume en : du déjà-entendu. Rien d’inédit dans cette sortie d’Alpha Condé. Juste un discours assagi. La crise sociopolitique actuelle devrait être analysée et de grandes décisions prises pour corriger les failles. Ces mesures devraient être prises d’abord à l’encontre du gouvernement.

 

 Au niveau du RPG, on a encore la gueule de bois au sortir des élections législatives gagnées avec une grosse fraude et l’implication des ministres et autres zélés à la solde du pouvoir de Conakry. La frustration est actuellement de mise au moment même où les opposants veulent ‘’réajuster’’ les résultats. Les syndicalistes n’en démordent pas. Les opposants battent le pavé. La Cour suprême en proie à une autre crise, etc. C’est la chienlit.

Alpha Condé se doit de limoger certains ministres faute de résultat, faire permuter d’autres et poursuivre un troisième groupe pour banditisme économique. La pression a déjà commencé au niveau d’un collectif de syndicats et d’acteurs de la société civile guinéenne.

 

La démarche d’Alpha Condé aura le bénéfice de juguler la crise : limoger ceux qui sont impliqués dans l’enlisement de la crise au niveau de l’Education. Ce qui permettrait à Soumah et Cie d’avoir des interlocuteurs crédibles, avec qui discuter réellement sans à priori. Le décret décrisperait le climat du dialogue entre partenaires sociaux et gouvernement.

On comprend mal comment on peut mener une négociation syndicale sans le ministre du Travail, l’Inspecteur du Travail et le ministre du Pré Universitaire. C’est à ce titre que le président doit être prompt à corriger les faiblesses. Sans aucune complaisance et annonce fantaisiste. Mais, apparemment, Alpha Condé ne cédera pas. Quitte à entretenir la crise.

 

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.