Après Christchurch, les réseaux sociaux confrontés au succès des discours haineux et suprémacistes

La diffusion en direct sur Facebook du massacre de cinquante personnes dans deux mosquées de Nouvelle-Zélande, et la circulation de nombreuses copies de la vidéo, a mis en lumière la facilité avec laquelle les messages néonazis peuvent circuler sur les plateformes du Web.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.