Après son départ du pouvoir, quelle destination pour Yaya Jammet ?

Après l’ultime médiation de dernière chance, menée par la délégation de la CEDEAO, conduite par les présidents guinéen et Mauritanien, Yaya Jammet accepte finalement de céder le pouvoir au président élu, Adama Barrow, qui a déjà prêté serment jeudi à Dakar.

Mais pour plier bagages, l’ex-président gambien aurait exigé des garanties. Ainsi, précise une source citée par Senenews.com, l’homme fort de Kanilai a demandé l’amnistie et la préservation de ses biens pour quitter le pouvoir.

 Mais, ajoute nos confrères sénégalais, la seule garantie offerte par les présidents guinéen et mauritanien, Alpha Condé et Abdel Aziz, qui ont obtenu l’accord avec Jammeh au bout de cinq heures de négociations tuantes, c’est son intégrité physique sur le point de départ à l’exil. Il réclamait l’amnistie, voulait conserver tous ses biens ainsi que son statut d’ancien chef d’État sans compter qu’il souhaitait rester à Kanilaï, son village natal, qui était à ce moment-là encerclé par les troupes de la CEDEAO.

Seulement, l’on apprend par « l’Observateur », que la CEDEAO n’a point accepté les requêtes de «Babili Mansa».

Sauf une : que son intégrité physique soit assurée sur le chemin de son départ en exil soit en Guinée ou en Mauritanie. C’était sa dernière demande.

Toujours est-il que Yaya Jammeh a lâché du lest. En conséquence, l’homme fort de la Gambie a fini par baisser les armes et n’a point bu son verre jusqu’à la lie.  Il accepté de quitter la Gambie avec sa mère, Asombi Bojang, qui était en larmes. Mais quelle destination ?

D’après, les médias sénégalais, Yaya Jammeh a quitté le pays pour laisser le pouvoir au président élu de la Gambie, Adama Barrow. L’ancien homme fort de Banjul aurait préféré partir en Mauritanie, même si la Guinée, où est originaire l’une de ses épouses, était également parmi les pays d’accueil proposé par la CEDEAO.

Kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.